Nelson Mandela

« Tout homme qui essaiera de me voler ma dignité perdra ». Le 10 mai 1994, Nelson Mandela, figure emblématique de la lutte contre contre l’apartheid et prix Nobel de la Paix, devient président de la République d'Afrique du Sud. Un moment historique qui scelle la réconciliation des Sud-Africains après un siècle de ségrégation raciale. La Grande Explication revient sur le parcours d’un homme au courage exceptionnel qui le mènera de la prison à la présidence de l’Afrique du Sud.

Idées d'activités : 

- parler du racisme en s'appuyant sur un évènement historique
- écrire une biographie à partir de dates clefs
- établir la chronologie d'un fait historique

Chaîne d'origine : Francetv Éducation, INA

Publié le - Modifié le

Liens :

Générique

Il sera question d’histoire.

Françaises, Français...

I have a dream.

Je suis contre la peine de mort.

 

Voix off

Le 11 février 1990, à 16h15, les grilles du pénitencier Victor Verster, à quelques kilomètres du Cap, en Afrique du Sud, s’ouvrent devant une foule fébrile. Après 27 années de captivité, Nelson Mandela est libre. À 72 ans, celui que l’on surnomme Madiba, d’après le nom de son clan tribal, s’avance, aux côtés de sa femme Winnie, vers un nouveau chapitre de son long combat contre l’apartheid.

 

SMS 1

L’apartheid ?

 

Voix off

En 1948, le parti nationaliste blanc remporte les élections législatives. Un nouveau régime est mis en place afin de séparer les Blancs des Noirs dans tous les aspects de la vie quotidienne. C’est l’apartheid.

 

Images d’archive

Ce n’est pas agréable, physiquement, de venir en contact avec eux, dans les autobus, les trains et tout ça.

 

Voix off

Un terme nouveau pour une vieille idée : le racisme étant présent dans le pays depuis les premières colonisations au XVe siècle. Mais avec ce nouveau régime, le racisme devient méthodique. Les lois se démultiplient pour limiter les droits et les libertés des Noirs, mais aussi des Métis et des Indiens. Il ne leur est désormais plus possible de se déplacer ou de travailler librement. Ni même de s’asseoir sur le même banc qu’un Blanc. Un couvre-feu est mis en place et ils sont contraints d’emménager dans des quartiers réservés, entre eux et surtout, loin des Blancs.

 

Images d’archive

Et tous les Afrikaners pensent la même chose. Pour eux, il n’y a pas de problème noir. Ils ne veulent pas le connaître, ils ne veulent rien changer à leur mode de vie.

 

Voix off

C’est à la lutte contre cette politique diabolique que Nelson Mandela décide de consacrer sa vie. Fils de chef et issu d’une famille royale de l’ethnie Xhosa, Nelson Mandela bénéficie d’une excellente éducation.  À l'université de Fort Hare, la seule université du pays acceptant les Noirs, il entame des études de droit. Il découvre les doctrines suprémacistes blanches et adhère à la doctrine de non-violence prônée par Gandhi.

Quelques années plus tard, tandis qu’il poursuit ses études à Johannesburg, il rencontre des militants antiapartheid qui suscitent son intérêt. Il rejoint alors l’ANC*, un parti politique qui revendique les droits de la majorité noire et lutte contre les violences qui leur sont infligées. En 1951, il est le premier Noir du pays à ouvrir son cabinet d’avocat avec lequel il défend les opprimés de l’apartheid.

 

SMS 2

Pourquoi il est arrêté ?

 

Voix off

Le 21 mars 1960, une manifestation pacifique tourne au bain de sang dans la petite ville de Sharpeville. Les manifestants protestent contre le « pass », un document obligatoire qui limite la circulation des Noirs sur le territoire. La police tire sur la foule et fait 69 morts, dont des femmes et des enfants, touchés dans le dos alors qu’ils cherchaient à fuir. Le pays est au bord du soulèvement et le gouvernement, qui craint de voir le régime vaciller, déclare l’état d’urgence et interdit l’ANC. Le parti bascule alors dans la clandestinité et abandonne la non-violence pour s’engager dans la lutte armée.

 

Albert Lutuli, président de l’ANC

Personne ne soutient la violence ni la guerre. Mais parfois, les circonstances nous y poussent.

 

Voix off

À la tête de cette cellule révolutionnaire : Nelson Mandela, qui devient le « terroriste le plus recherché d’Afrique du Sud ». Le 5 août 1962, après un an et demi d’opérations de sabotage, la police l’arrête. Il est condamné à perpétuité, ainsi que 8 autres membres de l’ANC, pour « complot révolutionnaire ». Il devient alors le prisonnier politique le plus célèbre du monde, faisant l’objet de très nombreuses campagnes pour sa libération.

 

SMS 3

Comment il devient président ?

 

Voix off

En 1989, alors que les pressions internationales se font de plus en plus fortes pour mettre un terme à ce régime qui scandalise le monde entier, un nouveau président, Frederik de Klerk, est élu. Quelques mois plus tard, il annonce la libération de Nelson Mandela, réhabilite l’ANC et abolit complètement l’apartheid. En 1994, l’Afrique du Sud connaît un tournant décisif : les premières élections multiraciales se tiennent dans le pays. Nelson Mandela, qui vient d’obtenir le prix Nobel de la paix, se présente avec l’ANC et est triomphalement élu. Il devient alors le premier président noir d’Afrique du Sud.

 

Images d’archive

Je vais enfin devenir un être humain.

 

Chanteuse

Personne ne relèvera ce pays à notre place…

 

 

 

 

 

 

 

* Le Congrès national africain (en anglais : African National Congress, abrégé en ANC) est un parti politique d’Afrique du Sud membre de l'Internationale socialiste.


Outils pédagogiques

Contenus complémentaires