Les gardiens du patrimoine - 3/5

Leur mission, leur passion : restaurer des hauts lieux du patrimoine touristique en France.
Dans ce troisième épisode (3/5), la maison de la célèbre écrivaine Colette nous ouvre ses portes. De la chambre à la salle à manger, la restauration à l'identique fut laborieuse... 

Voir l'épisode suivant.

Idées d'activités : 

- découvrir des trésors du patrimoine français
- révisier des noms de métiers
- apprendre le nom des pièces et des meubles d'une maison

Chaîne d'origine : France 2

Publié le - Modifié le

Liens :

Voix off

Précédemment... Dans le parc de Châteaubriand, on cultive un patrimoine végétal. À Chambord, Franck et son fils viennent chercher les pierres taillées pour le château. En Bourgogne, la maison de Colette fait vivre tout un village.

C'est le petit matin à Saint-Sauveur-en-Puisaye, en Bourgogne. L'heure où le boulanger du village, Germain, sort ses fournées. Géraldine, la coiffeuse, reçoit ses premières clientes.

Géraldine, coiffeuse

Est-ce que ça vous parait bien ma petite dame ?

Cliente

C'est parfait !

Voix off

Le travail terminé, ils rejoignent Chantal, la caviste, ils vont découvrir ensemble la maison natale de Colette, tout juste restaurée.

Frédéric, directeur de la maison de Colette

Bonjour Chantal !

Chantalcaviste

Bonjour Frédéric !

Voix off

Le directeur de la maison les accueille.

Frédéric Maget, directeur de la maison de Colette

Bienvenue donc dans la maison de Colette !

Voix off

Dans la salle à manger, 125 ans après le départ de Colette, le papier peint a été recréé à l'identique.

Frédéric Maget, directeur de la maison de Colette

On a eu la chance de retrouver dans toutes les pièces des fragments des papiers peints d'origine.

Géraldine, coiffeuse

Et vous pensiez déjà, quand vous avez acquis la maison, pouvoir retrouver ça ?

Frédéric Maget, directeur de la maison de Colette

Non, on a fini par retrouver derrière les boiseries, derrière les miroirs, dans les placards, ces traces de papiers peints que décrivait Colette, mais qu'au départ on n'avait pas vues.

Voix off

À l'étage, la chambre de Colette.

Frédéric Maget, directeur de la maison de Colette

On n'a pas de photo des intérieurs, parce qu'à l'époque où les Colette sont ici, ils imaginent pas que leur fille va devenir célèbre.

Voix off

Les meubles d'origine ont été recherchés, rachetés à des particuliers. Certains ont été retrouvés dans le village même.

Frédéric Maget, directeur de la maison de Colette

Tiens, ce piano par exemple, c'est celui décrit par Colette dans son œuvre, le piano Aucher, et il a pu retrouver son emplacement d'origine.

Géraldine, coiffeuse

Ça, c'est vrai que je trouve ça assez incroyable qu'on puisse arriver à retrouver les... Parce que les meubles étaient un peu éparpillés dans toute la France.

Frédéric Maget, directeur de la maison de Colette

Oui !

Voix off

D'un jardin... à l'autre. Le parc de l'écrivain Châteaubriand. Ici, un art unique au monde.

Philippe Davoux, jardinier en chef du parc de Châteaubriant

Ça t'étonne pas ?

Alex, apprenti jardinier au parc de Châteaubriant

Ah si, c'est...

Philippe Davoux, jardinier en chef du parc de Châteaubriant

Énorme ?

Alex, apprenti jardinier au parc de Châteaubriant

C'est vraiment spectaculaire quand même !

Philippe Davoux, jardinier en chef du parc de Châteaubriant

Il y a eu un coup de vent, une tempête probablement, ça a couché les catalpas[1]. Tu t'aperçois bien, tu vois, que c'est reparti sur le tronc.

Voix off

Pour Alex l'apprenti, préserver le patrimoine...

Philippe Davoux, jardinier en chef du parc de Châteaubriant

Quand on voit un jeune lierre comme ça, bah on le supprime hein. On le taille tu vois.

Voix off

... c'est apprendre auprès des anciens.

Alex, apprenti jardinier au parc de Châteaubriant

Toutes les techniques, il me les transmet, pour que moi, après les transmette à d'autres. Le jardinage, c'est aussi quelque sorte de... on se le transmet.

Voix off

Quand certains consacrent leur vie à protéger un parc au rythme des saisons, d'autres n'ont que quelques jours, le temps des vacances, pour apporter leur pierre à l'édifice.

Bénévole 1

Les filles, voilà, faut... Nous, le mur, on a pour consigne de le bâtir à peu près jusque-là.

Bénévole 2

Ouais, là on bêche droit comme...

Bénévole 1

Ouais voilà, tu vois, en fait ce qu'il faut, c'est bêcher autour.

Voix off

Silex, terre argileuse et plâtre, le mur sera construit comme jadis, à l'huile de coude[2].

Bénévole 3

Bien sûr, c'est difficile, mais c'est... le sport !

Bénévole 1

Amine, est-ce que tu as un mètre ou pas ?

Voix off

À 20 ans, ils découvrent la réalité d'un chantier.

Bénévole 4

C'est la première fois que j'effectue un stage sur un chantier et c'est une immersion dans la vraie vie.

Voix off

Il leur reste trois jours pour finir le mur.

Au château de Chambord, il faut se hisser 40 mètres au-dessus du sol pour retrouver Franck et son fils Alexis. Ils posent une nouvelle pierre d'angle sur la tour, le bloc pèse 150 kilos, l'opération est délicate.

Alexis, le fils (tailleur de pierre)

Là, elle pourra passer, mais pas là ! Elle passe pas...

Franck, le père (tailleur de pierre)

Disons... il faudrait peut-être que j'aille plus par ici ?

Alexis, le fils (tailleur de pierre)

Non, il est bien attaché.

Franck, le père (tailleur de pierre)

T'es sûr ?

Voix off

Tout se joue maintenant...

Alexis, le fils (tailleur de pierre)

Le plus dur reste à venir, ça va être de l'enquiller dedans.

Voix off

Mais rapidement, ça se complique...

Alexis, le fils (tailleur de pierre)

Je peux pas plus ! On l'a pris à l'envers, faut la retourner.

Franck, le père (tailleur de pierre)

Oh merde ! Faut arrêter 5 minutes là, j'en ai marre...

Voix off

Une pause, puis recommencer pour redonner encore plus d'éclat au château.

 

[1] Le catalpa est un arbre.

[2] « mettre de l’huile de coude » : expression familière faisant référence à l'énergie déployée dans l'exécution d'une tâche.


Outils pédagogiques

Contenus complémentaires

SUR LE MÊME THÈME