URSS : l'art au service de la propagande

Entre idéal et réalité, quel aspect de l’art soviétique découvre-t-on dans l’exposition « Rouge » ?

Voix off

Surtout ne pas se fier aux apparences : « Rouge », c’est mieux qu’une exposition, une plongée directe dans l’histoire de la Russie soviétique. 1917, c’est la révolution dans les rues et dans les têtes. Les jeunes artistes veulent changer le monde. Regardez ce tableau rouge uni : avec lui, le peintre Rodtchenko veut évacuer l’art bourgeois. Mais Lénine et Staline ont d’autres idées en tête : servir le régime. Avec cette peinture radieuse, Lénine veut nous montrer que le communisme roule vers un avenir idéal.
Nicolas Liucci-Goutnikovcommissaire de l’exposition « Rouge »
Le régime soviétique va mettre en place une peinture figurative qu’on va appeler le réalisme socialiste qui va être un réalisme absolument mensonger, en tout cas idéalisé puisque ce n’est pas un réalisme qui représente la réalité du moment, mais celle d’un avenir auquel on rêve.
[Extrait de film]
Voix off
Cinéma, photo, peinture, ça n’est plus de l’art, c’est de la propagande. Même l’architecture produite par le régime est là pour impressionner le peuple. Le travailleur est un héros et un modèle. La jeunesse, les corps et le sport sont idéalisés. 
Nicolas Liucci-Goutnikovcommissaire de l’exposition « Rouge »
Et c’est donc pas un hasard qu’à la fois en URSS1 et à la fois dans l’Allemagne nazie, on va voir apparaître ces peintures qui glorifient, donc, ces corps complètement maîtres d’eux-mêmes.
Voix off
Les procès se multiplient : pas de pitié contre les ennemis du peuple, le régime fait des millions de morts. Alors, on oblige les artistes à produire des images qui mentent. Regardez ce tableau : c’est Staline entouré d’enfants et de membres du Politburo sauf un. Ce dignitaire assassiné par le régime et qui a été effacé de la toile.
Nicolas Liucci-Goutnikovcommissaire de l’exposition « Rouge »
Le peintre qui craint d’être accusé d’être proche d’ennemis du peuple va immédiatement retoucher sa peinture et faire disparaître ce personnage.
Voix off
Privé de liberté, l’art soviétique avait pris l’habitude de réécrire l’histoire. Pourtant, aujourd’hui, il nous touche par sa beauté tout en nous rappelant la dimension tragique de la dictature soviétique. 
 
_________________
Vocabulaire à retrouver dans l’application 7 jours sur la planète : artiste, assassiner, cinéma, dictature, ennemi, exposition, histoire, peinture, peuple, procès, propagande, régime, rêve, révolution, socialiste, soviétique, tableau.

1 URSS : ce signe désigne l'Union des républiques socialistes soviétiques, regroupant 15 Républiques soviétiques et qui a existé de 1922 à 1991.

L’exposition « Rouge, Art et Utopie au pays des Soviets », au Grand Palais à Paris, retrace, au travers de plus de 400 œuvres, l'histoire de l'art soviétique et comment le pouvoir en place a mis peinture, sculpture, cinéma et architecture au service de son idéologie.

Chaîne d'origine : France 3

Publié le - Modifié le

Liens :


Ressources pédagogiques

A2AdultesB1AdultesB2Adultes

A2 élémentaire (Adultes)Décrire un tableau de l’art soviétique.Voir les fiches

  • Culture(s)
  • Lire
  • Parler : décrire
  • Parler : expliquer
  • Parler : émettre des hypothèses
  • Regarder
  • Vocabulaire : politique
  • Écouter
  • Culture(s)
  • Parler : expliquer
  • Parler : émettre des hypothèses
  • Regarder
  • Vocabulaire
  • Vocabulaire : sentiments
  • Écouter
  • Culture(s)
  • Parler : argumenter, débattre
  • Parler : émettre des hypothèses
  • Regarder
  • Vocabulaire : expressions idiomatiques / proverbes
  • Écouter

Contenus complémentaires

Média

Fiches pédagogiques réalisées par : Marjolaine Pierré (CAVILAM-Alliance française, Vichy) - Margot Bonvallet (CAVILAM-Alliance française, Vichy) -