Première Guerre mondiale : traumatismes

Disponible jusqu'au 19/02/2026 - 22:00Disponible jusqu'au 19/02/2026
Comment sourire quand même après un traumatisme ?
Réaliser un exposé sur les Gueules Cassées.
Image
1418-Traumatismes-Lange-17ans-Portrait-Visuel
1418-Traumatismes-Lange-17ans-Portrait-Visuel
Portrait de Hans Lange
1418-Traumatismes-Lange-17ans-Portrait-Visuel

Image

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...
Durée
0:45
Hans Lange - Gueule cassée

Vidéo

1418-Traumatismes-Lange-GueuleCassee-Video
TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...
Durée
1:24
Hans Lange - Le cauchemar

Vidéo

1418-Traumatismes-Lange-Cauchemars-Video
TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...
Durée
2:09
Entretien avec Jean-Pierre Verney - Traumatismes

Vidéo

1418-Traumatismes-Verney-Blesses-Video
Image
1418-Traumatismes-Lange-Grenades-Visuel
1418-Traumatismes-Lange-Grenades-Visuel
Grenades
1418-Traumatismes-Lange-Grenades-Visuel

Image

Ressources pédagogiques
  • B2
    Adolescents16-18 ans

B2 avancé

Voir les fiches
Adolescents
16-18 ans
Culture(s) : Culture(s)
Lire : Lire
Parler : décrire
Parler : faire une présentation, un exposé
Regarder : Regarder
Vocabulaire : guerres
Vocabulaire : soins médicaux
Écouter : Écouter
Fiche enseignant
Fiche apprenant
Contenus complementaires
    La guerre a traumatisé les soldats dans leur corps et leur esprit. La chirurgie les aidera à se reconstruire physiquement, la solidarité moralement.


    Ce dispositif pédagogique a reçu le label « Centenaire ».
    Chaîne d'origine
    TV5MONDE
    - Modifié le
    05/11/2019
    Hans Lange
    Le plus réconfortant pour la santé du corps et de l’esprit, c’était la prévenance et le dévouement dont faisaient preuve, à chaque instant, les sœurs qui s’occupaient de nous. L’une d’entre elles, Clara, m’avait en quelque sorte pris en affection. Vous ne pouvez pas savoir à quel point on doit aussi la vie à ces gestes insignifiants, à ces témoignages d’affection discrète. Clara… Je n’ai jamais oublié son prénom. Elle soignait mes blessures physiques, mais elle a surtout su m’écouter. Elle a remis mon existence en bon ordre. Dans ma mémoire, l’hôpital de Francfort, ces longs mois de traitement et de convalescence sont associés à cette résurrection.
    La fille de Hans Lange

    Est-ce que tu as rêvé de la guerre ? Est-ce que tu as pu en parler avec tes amis et ta famille ?

    Hans Lange

    Non !

    La fille de Hans Lange

    Ou bien, as-tu pu t’exprimer ? Tu n’en as pas parlé…

    Hans Lange

    Non !

    La fille d’Hans Lange

    Alors, comment as-tu pu régler le problème ?

    Hans Lange

    J’ai eu des mauvais rêves, mais… Je dois le dire, des cauchemars, j’en fais encore aujourd’hui ! Et aujourd’hui plus que quand j’étais jeune. C’est très bizarre. Je fais un rêve où les choses sont entremêlées, où un homme que j’ai bien connu surgit brutalement, tel un monstre sans que je sache ce que c’est exactement… Très…, très étrange.

    La fille d’Hans Lange

    Donc, tu as maintenant plus de cauchemars qu’auparavant ?

    Hans Lange

    Beaucoup plus !

    La fille d’Hans Lange

    Mais tu en as toujours fait, des cauchemars.

    Hans Lange

    Toujours, toujours. Je les ai toujours eus. J’en ai eu dès le début, au tout début, dès Marbourg. Je veux dire, dès la clinique où j’étais soigné à Francfort. Jusqu’à aujourd’hui.

    Jean-Pierre Verney  
    La chirurgie maxillo-faciale, les greffes, mais ce ne sont pas des progrès hein, ce sont des balbutiements hein. Imaginez que les premières greffes, elles sont de chair à chair. Ça veut dire : pour combler les trous d’une joue par exemple, on va appliquer la main pendant six mois pour que la chair du bras, ou du poignet, puisse boucher le trou de la joue et ensuite on recoupera les deux pour peu à peu combler. Il faut imaginer la souffrance de ces hommes qui vont subir plusieurs opérations. Ça peut durer 5 ans, 6 ans avant de retrouver, non pas un visage, mais une forme déjà simplement. Un gars qui a perdu ses deux jambes, il a une pension. Un gars qui a perdu son nez, il a ses deux bras et ses deux jambes, il peut travailler, donc il n’a pas de pension. Au départ, les Gueules Cassées n’ont pas de pension. On considère que leur blessure n’est pas un obstacle au travail, n’est pas un obstacle à une vie. En réalité, ces hommes, pour beaucoup, n’ont plus de visage, ne peuvent plus parler ou parlent très mal, n’ont plus de regard, ne peuvent plus communiquer. Et le visage, c’est la première chose pour communiquer : sourire, pleurer. Et donc, ils vont se réunir entre eux d’abord et puis fonder une association, les « Gueules Cassées », les blessés de la face, et puis se battre pour qu’ils aient des droits comme les autres mutilés. Mais beaucoup vont s’écarter de la société, beaucoup vont se suicider, hein. L’alcoolisme va faire des ravages parmi ces hommes, alors y compris les ravages parmi ceux qui ont du mal à vivre avec ce qu’ils ont vécu, avec ce passé : les choqués, les chocs nerveux, les traumatismes, voilà, ça c’est encore autre chose.