#NousToutes

Disponible jusqu'au 26/05/2031 - 23:59Disponible jusqu'au 26/05/2031

#NousToutes : finissons-en avec les violences sexistes et sexuelles !

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...
Durée
1:21

Vidéo

Terriennes-CarolineDeHaas-video
Ressources pédagogiques
  • B1
    Adultes

B1 intermédiaire

Voir les fiches

Échanger sur les grandes causes féminines à défendre.

Adultes
Regarder : Regarder
Écouter : Écouter
Vocabulaire : droits humains
Parler : émettre des hypothèses
Parler : expliquer
Parler : argumenter
Culture(s) : Culture(s)
Fiche enseignant
Fiche apprenant
Contenus complementaires

    En 2019, en France, 152 femmes sont mortes tuées par leur conjoint ou leur ex-conjoint.

    Dans le monde, 0 jour ne passe sans qu'une femme soit victime de violence.

    Chaîne d'origine
    TV5MONDE
    - Modifié le
    10/08/2021
    Isabelle Mourgère, présentatrice
    Bienvenue dans Terriennes, l’actualité des femmes dans le monde. Le choix de Terriennes, alors qu’on vient d’enregistrer le 21e féminicide depuis le début de l’année en France et alors qu’une enquête montre que 8 femmes sur 10 déclarent avoir été déjà victimes de violences sexuelles ou sexistes au travail, il semble, plus que jamais, utile et nécessaire de se munir de ce manuel publié par l’organisation féministe #NousToutes : Comment accueillir la parole d’une victime avec les mots qu’il faut ?   
    Caroline De Hass, membre de #NousToutes
    Notre objectif va d’abord être de rassurer la personne qui se confie à vous. « Je te crois, tu as bien fait de venir me voir, merci de ta confiance. » Deuxième chose : on va la revaloriser. « C’est très courageux ce que tu fais, je suis très impressionnée. » Troisième chose : on va remettre la culpabilité au bon endroit, « Il n’a pas le droit de te faire ça, tu n’y es pour rien. » Quatrième élément : on va montrer à la personne victime que la loi la protège, « la loi interdit ces violences, elles sont graves ». Et enfin, on va dire à la personne victime qu’on peut l’aider si elle le souhaite. Ces petites phrases, elles sont toutes simples, apprenez-les par cœur, dites-les aux personnes qui viennent vous confier des violences. Dans de nombreux cas, c’est la première fois qu’elles les entendront.