À l'Institut national des arts (INA) - RDC

Disponible jusqu'au 05/08/2023 - 09:08Disponible jusqu'au 05/08/2023
Vive la musique !
Présenter un projet d'études ou un projet professionnel en utilisant le conditionnel.
TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...
Durée
2:42
Visite de la section musique de l'Institut national des arts (INA) à Kinshasa.

Vidéo

Independance-RDC-InstitutNationalArts-Video
Ressources pédagogiques
  • B1

B1 intermédiaire

Voir les fiches
Grammaire : conditionnel
Regarder : Regarder
Vocabulaire : musique
Écouter : Écouter
Fiche pédagogique
Visite de la section musique de l'Institut national des arts (INA) à Kinshasa.

Réalisation : Marc-Henri Wajnberg
Production
ARTE GEIE
Chaîne d'origine
ARTE
- Modifié le
18/08/2020
Papy :
Bonjour et salut ! Soyez les bienvenus. Nous sommes ici dans la commune de la Gombe devant l'INA, l'Institut national des arts, qui est une école supérieure de formation en musique, en musique classique, en arts de la scène, en arts dramatiques, et bien sûr...
 
Christelle :
… et en animation culturelle aussi !
 
Papy :
En animation culturelle !
Et pour visiter ce lieu, nous serons aidés par cette charmante étudiante qui s'appelle...
 
Christelle :
Christelle Tendo Mutombo.
 
Papy :
Christelle Tendo Mutombo qui va nous aider à comprendre et à visiter ce lieu à l'INA. Alors tous, HOP ! À l'INA !
 
Christelle :
Maintenant nous sommes à l'atelier de réparation des instruments de musique à l'Institut national des arts. Venez visiter à l'intérieur.
Bonjour ! Pourriez-vous vous présenter ?
 
Brian :
Oui. Je m'appelle Brian. Je suis tout d'abord étudiant à l'INA. Je suis étudiant en musique dans la classe de saxophone.
 
Christelle :
Oui.
 
Brian :
Et lors d'un atelier avec « Musique France » ici à Kinshasa, j'ai été sélectionné pour bénéficier d'un peu de formation sur la réparation d'instruments à vent. Nous réparons les instruments à vent et il y a Serge qui est chargé des instruments à cordes. Avec « Musique France », je vais pouvoir obtenir une bourse pour aller chez un luthier en Europe. Je ne sais pas si ça sera en France ou en Belgique. Pendant un an, pour perfectionner. Je compte, moi, une fois appris là-bas, parce qu'il faut dire que nous sommes les premiers luthiers de Kinshasa. Je ne sais pas s'il y en a d'autres, mais de manière en tous cas partenaires de l'INA, nous sommes les tout premiers. Pour moi, je crois qu'à mon retour je vais pouvoir initier d'autres luthiers afin que l'INA puisse compter 2, 3, je ne sais pas... pourquoi pas 5 réparateurs d'instruments à vent. Donc moi je compte vraiment l'élargir dans ce sens-là.
 
Christelle :
Maintenant nous visitons les salles de classe. Comme les étudiants sont en train de répéter, nous y montons en silence.