Les femmes, une voix pour la paix

Disponible jusqu'au 24/05/2023 - 23:31Disponible jusqu'au 24/05/2023
Des femmes, prix Nobel de la paix ? Si, si, il y en a eu...
Réfléchir à l'engagement des femmes pour la paix.
TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...
Durée
1:40
Le Nobel de la paix remis à un trio de femmes.

Vidéo

Terriennes-Paix-Nobel-video
Durée
1:44
Bande annonce du film « Et maintenant, on va où ? »

Vidéo

Terriennes-Paix-BandeAnnonce-video
Ressources pédagogiques
  • B1
    Adultes

B1 intermédiaire

Voir les fiches
Adultes
Culture(s) : Culture(s)
Lire : Lire
Parler : faire une présentation, un exposé
Regarder : Regarder
Vocabulaire : description physique
Écouter : Écouter
Éducation aux médias : analyse d'un dessin de presse
Éducation aux médias : slogans
Fiche enseignant
Fiche apprenant
Contenus complementaires
    Deux exemples d'engagement des femmes pour la paix : le prix Nobel de la paix remis à 3 femmes en 2011 et un film dans lequel les femmes s'arment d'humour pour combattre la guerre.
    - Modifié le
    10/08/2021
    Le Nobel de la paix remis à un trio de femmes

    Voix off

    Donner ou redonner un pouvoir politique aux femmes, c’est le message du comité Nobel cette année. En décernant le Nobel de la paix conjointement à trois actrices de premier plan dans la vie de leurs pays, la Yéménite Tawakkol Karman, et les Libériennes Ellen Johnson Sirleaf et Leymah Gbowee. Ce samedi c’est le grand jour à l’hôtel de ville d’Oslo, les trois femmes sont en Norvège pour recevoir leur prix.
     
    Ellen Johnson Sirleaf, présidente du Libéria
    Dans sa sélection cette année, le comité Nobel a amené ici trois femmes, liées par un engagement commun pour le changement, un effort commun pour faire avancer l’état de droit et la démocratie dans des sociétés frappées par des conflits.
     
    Voix off
    Si la présidente Sirleaf est bien connue pour être la première femme élue démocratiquement à la tête d’un pays africain, sa compatriote l’est moins. Leymah Gbowee est une militante pacifiste, dirigeant plusieurs organisations de femmes, chargée par la présidente d’une mission de réconciliation au Libéria. Quant à la Yéménite Tawakkol Karman, âgée de 32 ans, elle incarne à la fois la lutte pour la démocratisation de son pays, et pour le droit des femmes dans le monde arabe, elle est un leader des mouvements de protestation qui ont abouti au départ programmé du président Saleh.
     
    Tawakkol Karman, journaliste yéménite
    La solution au problème des femmes ne peut trouver une issue qu’à travers une société libre et démocratique. Des énergies humaines libérées : l’énergie des femmes et des hommes ensemble.
     
    Voix off
    Après la cérémonie officielle, les Norvégiens ont rendu un hommage aux trois femmes : bravant le froid ils ont pris part à une marche au flambeau dans les rues d’Oslo, parvenant jusqu’à leur hôtel pour les saluer.