L'École des mères, de Marivaux

Disponible jusqu'au 30/04/2024 - 23:59Disponible jusqu'au 30/04/2024
Quand Marivaux s’invite chez le psy !
TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...
Durée
2:55
Scène 6

Vidéo

Rimaquoi-LecoleDesMeres-video
Ressources pédagogiques
  • B2
    Adultes

B2 avancé

Voir les fiches
Revisiter une scène classique et improviser une scène de dispute entre une mère et sa fille.
Adultes
Culture(s) : Culture(s)
Parler : donner son opinion
Parler : expliquer
Parler : reprocher
Regarder : Regarder
Vocabulaire : sentiments
Écouter : Écouter
Écrire : lettre, carte
Écrire : théâtre
Fiche enseignant
Fiche apprenant
Fiche matériel
Contenus complementaires
    Angélique, en peine avec ses histoires de cœur, vide son sac chez sa psy, Lisette, qui va l'aider à y voir plus clair... L'entretien se termine par une lettre qu'Angélique semble impatiente de découvrir. « J'ai déjà entendu ça quelque part... »    

    La pièce originale
    L'École des mères ou l’Illustre Aventurier est une comédie romanesque en un acte et en prose de Marivaux, créée pour la première fois le 26 juillet 1732 par les Comédiens italiens à l’Hôtel de Bourgogne. L’École des mères reprend le thème de L'École des femmes, mais l’Angélique de Marivaux est moins naïve que l’Agnès de Molière.

    - Modifié le
    10/08/2021
    Lisette
    Eh bien, Mademoiselle, à quoi en êtes-vous ?
    Angélique
    J'en suis à m'affliger.
    Lisette
    Qu'avez-vous dit à votre mère ?
    Angélique
    Tout ce qu'elle a voulu.
    Lisette
    Vous épouserez donc Monsieur Damis ?
    Angélique
    Ah non ; c'est bien assez qu'il m'épouse.
    Lisette
    Oui, mais vous n'en serez pas moins sa femme.
    Angélique
    Eh bien, ma mère n'a qu'à l'aimer pour nous deux ; car pour moi je n'aimerai jamais qu'Éraste.
    Lisette
    Il le mérite bien.
    Angélique
    Oh ! Pour ça, oui. C'est lui qui est aimable, qui est plaisant, et non pas ce Monsieur Damis que ma mère a été prendre je ne sais où, qui ferait bien mieux d'être mon grand-père que mon mari. Tout ce que me dit Éraste est si touchant ! On voit bien que c’est du fond du cœur qu’il parle. Ma mère dit qu'on est obligé d'aimer son mari… Eh bien, qu'on me donne Éraste ! Et je l'aimerai tant qu'on voudra, cela me sera bien commode.
    Lisette
    Mais avec ces sentiments-là, que ne refusez-vous point courageusement Damis ? Il est encore temps ; vous êtes d'une vitalité étonnante avec moi, et vous tremblez devant votre mère. Il faudrait lui dire ce soir : cet homme-là est trop vieux pour moi ; je ne l'aime point, je le hais, je le haïrai, et…
    Angélique
    Mais quand ma mère me parle, je n'ai plus d'esprit. En vérité, si je n'avais pas le cœur bon, tiens, je crois que je haïrais ma mère !
    Lisette
    Je haïrais ma mère…
    Angélique
    Je haïrais ma mère d'être cause que j'ai des émotions pour des choses dont je suis sûre que je ne me soucierais pas si je les avais.
    Lisette
    Mais parlons d'autre chose. Vous aimez Éraste ?
    Angélique
    Je l'aime beaucoup, je ne peux me résoudre à le perdre.
    Lisette
    Prenez donc la bonne résolution de n'être pas à un autre. Il y a ici une lettre à vous rendre de sa part.
    Angélique, charmée
    Une lettre de sa part ! est-elle ? Oh ! Que j'aurai du plaisir à la lire !
    La secrétaire, se parlant à elle-même
    J’ai déjà entendu ça quelque part.