Le scandale du Watergate

Quelle leçon peut-on tirer de cette affaire d'espionnage politique ?
Générique
Il sera question d’histoire.
Françaises, Français... 
I have a dream. 
Je suis contre la peine de mort. 
Voix off
Le 17 juin 1972, vers une heure et demie du matin, cinq hommes sont arrêtés dans l’immeuble du Watergate à Washington. Entrés par effraction, ils sont surpris en train de fouiller le quartier général du Parti Démocrate et d’y installer des micros. C’est le début d’une affaire sans précédent : l’un des scandales politiques les plus retentissants de l’histoire des États-Unis. 
Voix off
La police comprend immédiatement qu’elle n’a pas affaire à des cambrioleurs ordinaires. Les cinq hommes semblent avoir des connexions avec la Maison-Blanche et l’un d’entre eux, James McCord, est un ancien agent de la CIA. Plus étrange encore, ce dernier est membre du comité pour la réélection du président Richard Nixon…
Voix off
L’équipe du candidat républicain aurait-elle cherché à saboter son adversaire démocrate, George McGovern ? L’événement intrigue le Washington Post, influent quotidien américain. Deux journalistes, Bob Woodward et Carl Bernstein s’emparent de l’affaire. Aidés par un mystérieux informateur, surnommé « Gorge profonde », ils révèlent des liens compromettants entre la Maison-Blanche et l’effraction du Watergate… puis dénoncent une opération d’espionnage et de sabotage politique beaucoup plus vaste…
Voix off
Le président dément, l’enquête du FBI s’essouffle et peu à peu l’intérêt de l’opinion s’affaiblit. Le 9 novembre 1972 Nixon, qui a promis la paix au Vietnam, est réélu triomphalement. Mais loin d’être découragés, les deux journalistes poursuivent leur investigation. L’affaire du Watergate ne fait que commencer.
Voix off
Le 7 février 1973, le Sénat ouvre une commission d’enquête. Les auditions se succèdent et peu à peu, les langues se délient. Très vite, le fait divers se transforme en un véritable feuilleton digne d’un film d’espionnage. Utilisation de fonds secrets, argent blanchi, corruption, entrave à la justice… Les scandales s’ajoutent aux scandales et accablent l’administration Nixon. Ses conseillers sont inculpés les uns après les autres… ou contraints à démissionner. Quant au Président ? Il nie toute implication. 
Son d’archive
- « Cette fois ci ça y est, après son équipe, le président Nixon est maintenant directement visé dans le scandale du Watergate et il a brutalement réagi en démentant toutes les insinuations suivant lesquelles il aurait été au courant, ou aurait étouffé l’affaire. »
Voix off
En juillet 1973, l’affaire connaît un nouveau rebondissement lorsque John Dean, l’un des anciens conseillers de Nixon, révèle l’existence d’un système d’écoute sophistiqué au sein même de la Maison Blanche. Le Président enregistre toutes les conversations, à l’insu de ses interlocuteurs.
Son d’archive
- « À Washington, le président Nixon maintient son refus de donner tant à la commission judiciaire qu’au procureur spécial Jaworski, les fameux enregistrements des conversations qu’il a eues avec ses anciens collaborateurs, qui tous sont aujourd’hui inculpés ».
Voix off
Le procureur est destitué mais l’Amérique toute entière veut savoir ce que contiennent ces mystérieuses cassettes. Après des mois de résistance, la Maison-Blanche finit par céder et les bandes sont rendues publiques. Pour Nixon, c’est le coup de grâce. Le pays, découvre, écœuré, les manigances, les mensonges, la paranoïa et les coups bas de son président. 
Son d’archive
- « Ils ont menti. Net. Simple. Ils ont menti, ils ont menti, ils ont menti. »
Voix off 
Nouveau coup de théâtre : une partie des enregistrements a été effacée. Exaspérée, l’opinion réclame l’impeachment.
Voix off 
L’impeachment est une procédure de mise en accusation et de destitution du Président américain. Pourtant Nixon continue de clamer son innocence.
Son d’archive
- « People have got to know wether or not their president is a crook. Well, I am not a crook. »
Traduction : Les gens doivent savoir si leur président est un escroc. Eh bien, je ne suis pas un escroc. 
Voix off 
Mais le rapport d’enquête du Sénat est accablant. En juillet 1974, la procédure est engagée. Trois chefs d’accusation sont retenus contre lui : obstruction à la justice, abus de pouvoir et outrage au Congrès. Mais le 8 août, Richard Nixon s’adresse aux américains, le visage grave : 
Son d’archive
- « Therefore, I shall resign the presidency effective at noon tomorrow. »
Traduction : C'est pourquoi je démissionnerai de la présidence dès demain à midi.
Voix off 
Les États-Unis traversent une crise de confiance sans précédent tandis que l’affaire du Watergate devient une référence en journalisme d’investigation. 
Son d’archive
- « Et c’est peut-être cela la plus grande leçon de l’affaire du Watergate : le chef de l’état le plus puissant du monde, n’est pas au-dessus des lois ». 

En août 1974, le président des États-Unis, Richard Nixon est contraint de donner sa démission, suite à une enquête approfondie de deux journalistes du Washington Post qui a révélé de nombreux scandales. Revivez cette affaire politique avec « La Grande Explication ».

Chaîne d'origine : TV5MONDE

Publié le - Modifié le

Liens :


Ressources pédagogiques

B1Adultes

B1 intermédiaire (Adultes)Donner son opinion et argumenter.Voir les fiches

  • Parler : argumenter
  • Parler : donner son opinion
  • Regarder
  • Vocabulaire : justice
  • Vocabulaire : politique
  • Écouter
  • Écrire : résumé, synthèse

Contenus complémentaires

Média

Fiches pédagogiques réalisées par : Héloïse Mahy (Alliance Française Bruxelles-Europe - AFBE)