Le coiffeur indépendant (Sénégal)

Chez le coiffeur, on parle de tout et de rien, des choses banales aux sujets les plus sérieux.
Réviser les noms de métiers, expliquer un parcours professionnel.
Moussou (taxi sister)
Je vous propose maintenant d’aller visiter un coiffeur du quartier de Yoff. Le secteur informel tient une place très importante dans l’économie du pays. Monsieur le coiffeur, nous allons visiter sa boutique.
 
(Musique)
 
Le coiffeur
Ici, j’ai fait 20 ans ici. Je suis venu ici 89 (1). Là, c’est mon patron qui m’a aidé, à ouvrir ici. Ah, il m’a donné de l’argent, il a acheté du matériel, il a installé. Y’a… y’a beaucoup de coiffeurs maintenant, un peu partout dans la (2) village, bon… Les clients, ils sont dispersés un peu.
 
(Musique)
 
Un client
Ici, c’est l’entreprise privée, et les petits employés, les petits ouvriers, il suffit de rassembler un peu d’argent. Mon exemple : moi je suis directeur d’école, j’ai deux écoles actuellement. J’ai commencé de rien du tout (3), j’ai mis de côté de l’argent, le soir, et j’ai… qu’est-ce que j’ai fait ? Je suis parti voir un propriétaire de maisons, j’ai dit « je veux faire de cette maison une école élémentaire, primaire pour pouvoir promouvoir l’éducation et le système éducatif », et c’est comme ça que j’ai commencé, et j’ai déposé les papiers au niveau du ministère. Et j’ai pas (4) emprunté aux banques, je suis parti de mes propres fonds personnels, mais actuellement, c’est que, si par exemple, y’a un partenaire ou bien quelqu’un qui veut investir dans l’enseignement privé, il peut faire le partenariat, ou bien une ONG, qui veut aider une école, une structure, elle peut s’investir. Tout ça, c’est pour apporter un développement au système éducatif.
 
(Musique)
 
L’entreprise privée, c’est ça l’avenir de l’Afrique. C’est à dire l’État n’a plus les moyens de prendre tout le monde en charge, il faut que chacun se prenne en charge, que tout le monde se prenne en charge, et que chacun travaille, dans son propre coin, dans son développement. Et quand… en ce développement, en se développer, en se développant, je dis, en se développant, on développe l’économie du Sénégal, l’économie de l’Afrique ! Et l’État peut aussi en bénéficier, à travers, à travers les impôts ! Parce quand on travaille, l’État y vient, il dit : « Je t’impose ! Faut payer l’impôt, l’impôt suite aux revenus, l’impôt sur le travail que tu fais ». Ensuite, en (5) ce moment, tu contribues à travers, à travers l’impôt que tu donnes. Cet impôt, ça sert, ça sert par exemple à payer les fonctionnaires, ou bien à intervenir dans certaines sociétés. Mais si tu ne travailles pas, tu pourras pas payer l’impôt (6).
 
(Musique)
 
Moussou (taxi sister)
Après la visite chez le coiffeur du quartier, je vous demande à présent où vous voulez aller ?
 
(1) en 89
(2) le village
(3) je suis parti de rien
(4) je n’ai pas
(5) à ce moment
(6) tu ne pourras pas

Entrons chez un coiffeur du quartier de Yoff et parlons économie...

Réalisation : Philippe Brachet

Chaîne d'origine : ARTE

Production : Sylvania Iorio et Anne Seymour

Publié le - Modifié le

Liens :


Ressources pédagogiques

B1

B1 intermédiaire Voir les fiches

  • Parler
  • Regarder
  • Vocabulaire : monde du travail
  • Vocabulaire : économie
  • Écouter
  • Éducation aux médias : analyse des images
  • Éducation aux médias : fonction de la musique

Contenus complémentaires

Fiches pédagogiques réalisées par : Abdoulaye Ibnou Seck et Muriel Nicot-Guillorel, ministère de l’Éducation nationale du Sénégal