J'ai peur du noir Aldebert - Elodie Frégé - Vincent Baguian

Disponible jusqu'au 30/10/2025 - 22:58Disponible jusqu'au 30/10/2025

Un monstre sous le lit, une sorcière sur l'étagère, un vampire dans le placard ?
Exprimer ses peurs nocturnes pour mieux les apprivoiser.

Durée
3:00

Vidéo

PDC-Aldebert-PeurDuNoir-video
Ressources pédagogiques
  • A2
    Enfants9-11 ans

A2 élémentaire

Voir les fiches
Enfants
9-11 ans
Grammaire : prépositions de lieu
Éducation artistique : dessins
Jouer : dessins
Jouer : mimes
Parler : Parler
Regarder : Regarder
Vocabulaire : sensations
Écouter : Écouter
Fiche enseignant
Fiche apprenant
Contenus complementaires
    Production
    Warmer / Warmer Music
    Album
    Enfantillages 2
    Composition
    Aldebert
    - Modifié le
    10/05/2021
    Il faut dormir maintenant
    Les parents veillent sur vous
    Tout est calme et rassurant
    Bonne nuit petits loups
    Blottis au fond de vos draps
    Les étoiles ont fait leur nid
    C’est Morphée qui vous tend les bras
    Bonne nuit mes chéris

    J’entends comme un bruit qui remue dans le placard
    Un cliquetis gesticulant dans le noir
    Ce doit être le vent voilà
    Ce qu’on me dit tout l’temps

    J’entends quelqu’un qui respire derrière ma porte
    Une espèce de vampire à moitié cloporte
    Ce doit être dans ma tête voilà
    Ce que l’on me répète

    J’entends sur le toit comme des bruits de pas
    Comme si Dracula tentait de rentrer chez moi
    C’est mon imagination voilà
    Ce que l’on me répond

    Refrain :
    J’ai peur du noir
    (on voit rien et c’est fait exprès)
    On me fait croire
    (qu’il n’y a rien mais c’est même pas vrai)
    J’ai peur du noir
    (j’y peux rien j’ai pas fait exprès)
    Il faut me croire
    (jusqu’ici tout va bien mais après)

    J’entends gratter sous le sommier
    Comme des araignées qui grouillent
    Par centaines et par milliers
    Ce doit être un bruit qui court voilà
    Ce qu’on me dit toujours

    Un monstre barbu
    Avec des yeux sur les ongles vermoulus
    Patiente tapi dans l’ombre
    Mais c’est moi qui débloque voilà
    Ce que l’on me rétorque

    C’est quand tout s’éteint
    Que ça commence à défiler
    Sorcières, lutins envahissent le plancher
    mais c’est moi qui perds les pédales voilà
    Comment les gens me parlent

    Refrain

    Il fait tellement chaud
    Sous ces couvertures
    Il ne faut laisser aucune ouverture
    Si je laisse ne serait-ce qu’un pied dépasser
    Je me le fait manger

    Je sais qu’ils n’existent pas
    Je ne suis pas un fou
    Mais c’est plus fort que moi
    J’en devine partout

    Refrain

    Le soleil arrive enfin
    Debout les petits loups
    Sachez que les seuls monstres
    Qui soient ici
    C’est vous