Iran : qui était le général Soleimani ?

La mort de Qassem Soleimani, le 3 janvier 2020, a provoqué une grande émotion.
Découvrez pourquoi.
Voix off
C’est un pilier de la dictature, une armée parallèle qui incarne la ligne dure du régime islamique. Les Gardiens de la Révolution, ou Pasdaran, que le général Soleimani a rejoints dès 1979. Vingt ans plus tard, il prend la tête de la Force  Al-Qods : une troupe d’élite, chargée des opérations extérieures, bras armé de la politique étrangère iranienne.
Impitoyable et fin tacticien, Qassem Soleimani va exporter son savoir-faire dans tout le Moyen-Orient.
En 2004, en Irak, il participe à l’émergence des milices chiites qui combattent les Américains.
En 2006, il est au Liban pour soutenir le Hezbollah contre Israël.
Fin 2012, les Forces Al-Qods s’engagent en Syrie pour porter secours à Bachar Al-Assad, allié de Téhéran.
Le général Soleimani est à la tête de dizaines de milliers de miliciens qui combattent férocement les rebelles.
Amélie Chelly, sociologue, spécialiste Iran et islam politique
Il fait clairement figure à la fois de héros guerrier, mais aussi de diplomate : il a été très clairement le pont jeté entre l’Iran et l’Irak d’une part, l’Iran et la Syrie d’autre part.
Voix off
Ses faits d’armes lui ont permis d’acquérir une grande popularité en Iran, où il avait l’oreille du guide suprême. Et quand on lui prêtait un destin politique, lui affirmait vouloir rester un soldat toute sa vie et mourir en martyr. Si sa disparition a créé un choc en Iran, il a déjà été remplacé.
Amélie Chelly, sociologue, spécialiste Iran et islam politique
L’Iran n’aurait jamais pu se permettre, en bons stratèges que sont généralement les Iraniens, de mettre toutes les cartes liées à leur politique extérieure dans les mains d’un seul et même homme, qui plus est, en fait, prenait les risques en allant sur les champs de bataille.
Voix off
Sa mort pourrait également permettre à un régime iranien contesté de ressouder sa population contre l’ennemi américain. 

Surnommé « le commandant de l'ombre » ou encore « le général international », Qassem Soleimani était l'artisan discret de l'influence iranienne au Moyen-Orient.
Portrait de celui qui avait la confiance du guide suprême.

Chaîne d'origine : RTS

Publié le - Modifié le

Liens :


Ressources pédagogiques

A2AdultesB1AdultesB2Adultes

A2 élémentaire (Adultes)Présenter la personnalité au centre du reportage.Voir les fiches

  • Culture(s)
  • Parler : expliquer
  • Parler : émettre des hypothèses
  • Regarder
  • Vocabulaire : politique
  • Écouter
  • Culture(s)
  • Grammaire : passé composé / imparfait
  • Parler : expliquer
  • Parler : émettre des hypothèses
  • Regarder
  • Écouter
  • Culture(s)
  • Parler : expliquer
  • Parler : faire une présentation, un exposé
  • Parler : émettre des hypothèses
  • Regarder
  • Vocabulaire : politique et société
  • Écouter
  • Éducation aux médias : relation images/bande sonore

Contenus complémentaires

Média

Fiches pédagogiques réalisées par : Alizée Giorgetta (CAVILAM-Alliance française, Vichy) - -