Iran : la jeunesse dit stop au régime

Disponible jusqu'au 13/01/2028 - 23:59Disponible jusqu'au 13/01/2028

Cette révolte des jeunes fera-t-elle bouger le régime ?

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...
Durée
4:37

Vidéo

FRI-Geopolitis-Iran-Video
Ressources pédagogiques
  • B2
    Adultes

B2 avancé

Voir les fiches

Présenter un mouvement de contestation dans son pays.

Adultes
Écouter : Écouter
Regarder : Regarder
Parler : faire une présentation, un exposé
Grammaire : discours
Éducation aux médias : invité-e
Fiche enseignant
Fiche apprenant
Fiche matériel
Contenus complementaires

    Le 30 octobre 2022, dans l’émission Géopolitis (RTS), Cédrinne Vergain interroge Mahnaz Shirali, sociologue et politiste iranienne à propos des mouvements de révolte contre le régime des mollahs en Iran. Constatant que les manifestations ne faiblissent pas malgré la répression sanglante, elle s’interroge : une révolution est-elle en cours ?

    Chaîne d'origine
    RTS
    - Modifié le
    11/01/2023
    Cédrinne Vergain, présentatrice de l’émission
    Mahnaz Shirali, bonjour.  
    Mahnaz Shirali, sociologue et politiste iranienne
    Bonjour.  
    Cédrinne Vergain, présentatrice de l’émission
    Alors vous êtes sociologue, politiste, spécialiste de l’Iran. Vous êtes l’auteure d’un livre Fenêtre sur l’Iran, le cri d’un peuple bâillonné, paru en 2021. Alors, au cours de ces vingt dernières années, il y a déjà eu de nombreux mouvements de protestation en Iran. En quoi, cette fois-ci, le mouvement est différent ?  
    Mahnaz Shirali, sociologue et politiste iranienne
    Il y a plusieurs dimensions qui différencient ce mouvement. D’abord par son ampleur et sa pérennité, ensuite par la solidarité immense que les hommes ont manifesté envers les femmes, mais la chose la plus étonnante qu’on peut constater dans ce mouvement, c’est sa dimension anti-religieuse. Ce sont les jeunes qui sont dans la rue, qui sont contre le régime islamique évidemment, contre les lois islamiques évidemment, mais en même temps, ils se prononcent contre la religion elle-même, ils disent : « à bas l’islam ». C’est ça qui est très étonnant, c’est la première fois dans l’histoire de ce pays.  
    Cédrinne Vergain, présentatrice de l’émission
    Et on le voit, dans toutes les images, toutes ces vidéos qu’on voit sur les réseaux sociaux, les manifestants sont extrêmement jeunes, parfois quinze ans, seize ans, de quinze à vingt ans, et ces jeunes sont soutenus par leurs parents.  
    Mahnaz Shirali, sociologue et politiste iranienne
    Oui, ce sont les petits-enfants de la République islamique, ce sont les enfants qui sont nés sous la République islamique mais leurs parents aussi. Et donc, deux générations d’enfants de la République islamique, on arrive à cette haine immense que les jeunes d’aujourd’hui ont envers la République islamique. Ils ne veulent plus ce régime qui les méprisent, qui les violentent et qui répriment leurs libertés. Donc ils sont là, maintenant ils sont en train de jouer avec le feu, ils mettent leur vie en danger. Ils sont très, très jeunes mais la seule chose qu’ils veulent, c’est se libérer des contraintes qu’on leur a imposées au nom de l’islam, au nom de la religion. Ils veulent avoir une vie libre, ils veulent avoir la démocratie.
    Cédrinne Vergain, présentatrice de l’émission
    Quel rôle jouent les réseaux sociaux dans ce mouvement ?
    Mahnaz Shirali, sociologue et politiste iranienne
    Ce sont les jeunes qui ont été élevés dans les réseaux sociaux, ils ont grandi devant l’écran de leur ordinateur, de leur smartphone et donc ils ont vu comment vivent les jeunes dans les autres pays. Du coup, ils ont intériorisé les valeurs qui sont un peu mondiales, les valeurs des autres jeunes partout dans le monde : la liberté, la joie, la joie de vivre et ils souffrent parce que dans leur propre pays, cela n’existe pas. Ils n’ont pas un pays libre, ils n’ont pas d’avenir, l’économie du pays est complètement paralysée, donc ces jeunes, ils n’ont pas d’avenir, ces jeunes n’arrivent pas à se faire intégrer dans la société, la société est en chaos, est en crise totale et ils voient qu’ailleurs la vie est normale, la vie est belle et ils souffrent d’autant plus qu’ils sont au courant de ce qui se passe dans les autres pays du monde. Du coup, ils veulent vivre comme eux, ils veulent vivre comme les autres jeunes et c’est tout à fait leur droit.
    Cédrinne Vergain, présentatrice de l’émission
    Alors pourquoi maintenant, qu’est-ce qui a déclenché profondément ce mouvement ?
    Mahnaz Shirali, sociologue et politiste iranienne
    Ça fait très très longtemps que la société iranienne est mécontente. Ça fait très longtemps que les Iraniens ne comprennent pas la diplomatie belliqueuse des dirigeants de leur pays et ça fait très longtemps que les ayatollahs sont vraiment détestés des Iraniens. Il faut le dire. Ce qui étonne les gens, ce qui étonnait les observateurs qui voyaient la situation iranienne, c’était plutôt le silence de la société. On se demandait : comment les Iraniens qui sont si contre, qui sont si fâchés, qui sont si mécontents de leurs dirigeants peuvent rester silencieux et ne rien dire. La mort de Masha Amini, la jeune fille kurde de vingt-deux ans, a réveillé une rage qui était déjà dans la société et on voit que depuis, la société iranienne ne décolère pas parce que c’est une colère beaucoup plus profonde, beaucoup plus importante qui était déjà dans la société. La mort de Masha de vingt-deux ans, la jeune femme de vingt-deux ans, c’était vraiment une étincelle qui a fait exploser toute la société. 

    SUR LE MÊME THÈME