Chez les réparateurs de zém (Togo)

Disponible jusqu'au 31/12/2023 - 17:03Disponible jusqu'au 31/12/2023

Un métier sans danger ?
Découvrir et présenter une activité professionnelle risquée.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...
Durée
3:40

Vidéo

Independance-Togo-ChezReparateursZem-Video
Ressources pédagogiques
  • B1

B1 intermédiaire

Voir les fiches
Parler : Parler
Regarder : Regarder
Vocabulaire : transports
Écouter : Écouter
Fiche pédagogique

    Présentation de métiers difficiles au Togo, les chauffeurs et réparateurs de taxi-moto, appelés zémidjans.

    Réalisation : Michael Unger

    Production
    Sylvania Iorio et Anne Seymour
    Chaîne d'origine
    ARTE
    - Modifié le
    10/08/2021
    Le guide
    Lomé, c’est une ville à motos, il y a plus de 500 000 motos par jour, mais quand ça ne marche pas, c’est ici qu’on vient chez le mécanicien.
     
    Premier homme interviewé
    Ici, là c’est un atelier de mécaniciens à deux roues. Moi, je ne suis pas ici, je suis électricien auto-moto mais comme j’ai mes amis ici bon des fois je passe pour « les visiter »*, ma moto est tombée en panne et « j’ai passé »** chez eux pour qu’on puisse me la réparer.
     
    Deuxième homme interviewé
    Pour la crevaison là, c’est à 200 francs seulement, un seul trou. C’est à 200 francs un seul trou.
     
    Le guide
    Et deux trous ?
     
    Deuxième homme interviewé
    Et deux trous, ça fait 400. Voilà, et ainsi de suite.
     
    Le guide
    D’accord .Et ça arrive souvent des crevaisons ?
     
    Deuxième homme interviewé
    Non parfois, si les chambres à air sont fatiguées, donc « ça se trou quand il veut quoi ». D’habitude, c’est comme ça.
     
    Troisième homme interviewé
    Si tu veux aller, il faut crier « oleya », taxi-moto oui c’est ça et la personne s’arrête.
     
    Premier homme interviewé
    Le conducteur de la moto s’appelle « zedman » mais bon si quelqu’un, une cliente ou bien un client veut t’appeler, il peut t’appeler « zedman » ou bien « zémidjan », c’est quelque chose comme ça, et puis c’est bon.
     
    Troisième homme interviewé
    Dans la nuit comme ça, arrivé, si tu viens de ton service ou du travail, si tu n’as rien, il faut prendre ta moto, trouver quelque chose pour manger c’est ça, mais l’argent qu’il gagne là c’est insuffisant pour nourrir la famille donc ils sont obligés de le faire. Voilà c’est quelque chose comme ça.
    C’est la mienne ça, et ce sont des bonnes marques, marques chinoises, Sanyan et Apsonic, sont des marques chinoises.
     
    C’est à travers la moto, que nous « puissions »***  vivre, prendre ou remorquer des gens, prendre un peu de sous, pour pouvoir vivre quoi. Si tu n’as pas une moto alors il faut en chercher chez quelqu’un qui a au moins l’argent pour te la payer, là tu vas travailler pour le rembourser, peut-être le double.
     
    Deuxième homme interviewé
    Là où c’est très dangereux, parce qu’il y a des braqueurs qui sont cachés un peu partout et quand tu arrives à ce niveau il n’y a pas de lumières là, ils te prennent et puis ils prennent la moto pour partir. Voilà et en plus ta vie est en danger parce que la moto là actuellement ça coûte 350 000F tu vois non, un braqueur a besoin de 150 000, il se cache dans l’obscurité, et puis il te voit arriver, tu es en train de descendre quelqu’un, paf, il te cogne avec quelque chose et puis il prend la moto pour partir et il va vendre ça à vil prix, vous voyez.
     
    Quelques erreurs de français des personnes interviewées sont présentes dans le document. Les formes correctes sont les suivantes : *leur rendre visite  / ** je suis passé / *** pouvons