Canada : se diversifier pour sauver les emplois

Disponible jusqu'au 17/04/2030 - 23:59Disponible jusqu'au 17/04/2030
Une distillerie québécoise se met à faire du gel désinfectant pour aider à lutter contre le coronavirus.
TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...
Durée
2:00

Vidéo

7jours-200417-Distillerie-video
Ressources pédagogiques
  • A2
    Adultes
  • B1
    Adultes
  • B2
    Adultes

A2 élémentaire

Voir les fiches
Concevoir l’étiquette d’un produit.
Adultes
Grammaire : articles indéfinis
Grammaire : nombres cardinaux
Parler : Parler
Regarder : Regarder
Vocabulaire : hygiène
Écouter : Écouter
Écrire : publicité
Fiche enseignant
Fiche apprenant

B1 intermédiaire

Voir les fiches
Présenter un produit commercial.
Adultes
Grammaire : passif
Parler : faire une présentation, un exposé
Parler : émettre des hypothèses
Regarder : Regarder
Vocabulaire : chiffres / nombres
Écouter : Écouter
Fiche enseignant
Fiche apprenant
Fiche matériel

B2 avancé

Voir les fiches
Rédiger un texte incitatif.
Adultes
Grammaire : articulateurs logiques
Grammaire : subjonctif / indicatif
Parler : argumenter
Parler : émettre des hypothèses
Regarder : Regarder
Écouter : Écouter
Écrire : internet
Fiche enseignant
Fiche apprenant
Contenus complementaires
Pour limiter la propagation du coronavirus, les entreprises non essentielles ont fermées leur porte. D'autres se sont reconverties pour fournir du matériel nécessaire aux hôpitaux, entreprises... telle cette distillerie au Québec réputée pour son gin qui produit, désormais, du gel hydroalcoolique.
Chaîne d'origine
Radio Canada
- Modifié le
17/04/2020
Voix off
La distillerie Noroi est réputée pour son gin, mais depuis la mi-mars, c’est un autre produit qui sort de son usine : du gel désinfectant, un produit très recherché depuis le début de l’épidémie. La distillerie s’est associée avec l’entreprise Jefo Nutrition pour produire le gel et a obtenu les autorisations auprès des autorités canadiennes, en une semaine. 
Jonathan Robin, président de la distillerie Noroi
Donc on s’est mis ensemble. Moi j’avais l’alcool, lui il avait la technologie, les équipements et les éléments nécessaires comme la glycérine et la cellulose puis, on a décidé de fabriquer ensemble ce gel-là. Le Sanitagel est facturé 15 dollars le litre, un prix raisonnable sur le marché actuellement. Déjà 50 000 litres ont été écoulés, vendus à un hôpital de la région, des pharmacies, des marchés d’alimentation, des entreprises de transport et des sociétés d’État. Ils en achètent pour leurs employés. En temps normal, la distillerie emploie une trentaine de personnes. La production de ce gel permet à la PME de se maintenir en activité et de rendre service à la communauté.
Jonathan Robin, président de la distillerie Noroi
Grâce à ce gel-là, j’ai rappelé pratiquement 75 % de mes employés. On a saisi l’occasion d’occuper notre monde. De prime abord, notre intention c’était d’occuper le monde, de garder le monde, ici, à l’emploi.
Voix off
Le gel est 100 % québécois : l’étiquette et la bouteille sont produites par des entreprises de la région. Jonathan Robin n’exclut pas de poursuivre la production du Sanitagel une fois la crise terminée. Il est en discussion actuellement avec des grandes chaînes de pharmacie et d’alimentation, pour qu’elles le mettent plus tard sur leurs tablettes. 
Jonathan Robin, président de la distillerie Noroi
Ce que je retiens, c’est les entreprises qui sont innovantes et qui savent réagir rapidement, ça fait une différence. Il arrive rien pour rien, pas aujourd’hui , bah peut-être que dans un an, on va voir les gels hydroalcooliques Noroi dans toutes nos supermarchés, dans les épiceries du Québec.
Voix off
Dans l’immédiat, la distillerie Noroi prévoit produire 150 000 litres de gel d’ici la fin du mois de mai.