Brexit : les pêcheurs inquiets

Dans le cadre du Brexit, le Royaume-Uni et l’Union européenne ont conclu un accord sur la pêche.
Qui sont les gagnants de ces décisions économiques et qu’en pensent les pêcheurs ?
Voix off
Cet accord sur la pêche, les marins des deux rives de la Manche l’appréhendaient. Est-ce une éclaircie ? Pas vraiment pour les pêcheurs français qui pourront, certes, demain, continuer à travailler dans les eaux britanniques mais avec beaucoup moins de liberté. Une diminution des quotas qui sera compensée par un plan d’accompagnement financier.
La journaliste
On va chercher quoi dans les eaux anglaises ?
Jean-Pierre Sagot, patron armateur du Tiger’s III
Un peu de tout : de la raie, du rouget barbet, de l’encornet… un peu de tout.
La journaliste
Là, on vous promet peut-être trente mille euros.
Jean-Pierre Sagot, patron armateur du Tiger’s III
Ouais, c’est une goutte d’eau dans l’océan.
Voix off
L’accord sur l’épineuse question de la pêche est en tout cas très clair : le Royaume-Uni va retrouver le contrôle de son domaine côtier, de sa zone économique exclusive. Des eaux qu’elle partageait jusqu’ici avec la France et les autres pays de l’Union. Ils prélevaient ensemble 760 000 tonnes de poissons par an, soit 650 millions de marchandises. Avec cet accord, les Européens vont perdre 25 % de leurs prises.
Olivier Becquet, coopérative des pêcheurs du Tréport
C’est un moindre mal mais évidemment que ces 25 % ils sont très importants. 25 %, vous vous rendez compte, 25 % sur une entreprise, ne serait-ce que sur un chiffre d’affaires, ça peut être dangereux.
Voix off
De l’autre côté de la Manche, certains pêcheurs britanniques se sentent néanmoins floués. Le Premier ministre Boris Johnson avait promis que le Royaume-Uni retrouverait la totalité de la souveraineté de ses eaux territoriales.
Un pêcheur britannique
Ce n’est pas un bon accord, je pensais que c’était une blague. Passer autant de temps à discuter et aboutir à un pourcentage si bas dans ses propres eaux, c’est bien trop peu.
Voix off
Pour permettre un changement en douceur, cet accord prévoit une période de transition qui devrait durer jusqu’en 2026, date à laquelle les Européens devront appliquer ces nouveaux quotas.

L'accord tant attendu a enfin été trouvé, au bout de 1645 jours.
L'Union européenne et le Royaume-Uni ont tranché, entre autres, les questions relatives à la pêche ; mais, des deux côtés de la Manche, les pêcheurs hésitent entre soulagement et craintes.

Chaîne d'origine : France 3

Publié le - Modifié le

Liens :

Pour les apprenants

L'émission


Ressources pédagogiques

A2AdultesB1AdultesB2Adultes

A2 élémentaire (Adultes)Rédiger des messages d'information.Voir les fiches

  • Culture(s)
  • Parler : expliquer
  • Regarder
  • Vocabulaire : environnement
  • Écouter
  • Écrire : brève
  • Culture(s)
  • Parler : interviewer
  • Regarder
  • Vocabulaire : économie
  • Écouter
  • Culture(s)
  • Parler : expliquer
  • Regarder
  • Vocabulaire : sentiments
  • Écouter
  • Écrire : lettre formelle

Contenus complémentaires

Média

Fiches pédagogiques réalisées par : Marjolaine Pierre (CAVILAM-Alliance française, Vichy) - -