Un bijou de réalisation !

Ne manquez pas La Bague au doigt, un film d’animation 100 % poétique.
Inviter un·e ami·e au cinéma (A2), écrire le pitch d’un film et sa présentation (B1), rédiger une critique élogieuse (B2).
Connectez-vous pour sélectionner une ressource.
Publié le 12/10/2018 - Modifié le 12/10/2018
7jours-181012-LaBague-Video
© RTBF
  • À propos
  • Liens
  • Transcription
  • Partager
Durée : 3:10
Disponible jusqu'au : 26/10/2018
On découvre dans ce reportage comment se passe la création d'un film d'animation.
Chaîne d'origine : RTBF
Voix off

Dans ce court-métrage d’animation intitulé La Bague au doigt, la demande en mariage d’Icaro ne va pas se dérouler comme il l’aurait voulu. Et pourtant, il avait tout prévu : inviter sa belle dans un restaurant chic de Bruxelles, lui offrir une bague… Mais c’était sans compter les tentatives du cuisinier pour faire échouer cette demande.

Le film muet ne dure que 15 minutes, mais il a fallu un an et demi à Gerlando Infuso pour le réaliser. C’est lui qui a imaginé, peint, sculpté chaque personnage, chaque décor, pour ensuite tourner les scènes selon la technique d’animation appelée stop motion.

Gerlando Infusoréalisateur du court-métrage La Bague au doigt

Il suffit de bouger infimement[1] ma marionnette, comme ça, et de déclencher l’appareil photo avec mon clavier pour prendre une photo. Je répète l’opération une deuxième fois. Encore une fois j’appuie sur le clavier pour prendre une photo. Je répète le processus 24 fois pour obtenir une seconde de film. Donc, sur un film de 15 minutes, étant donné que, du coup, voilà, il en faudra à peu près 20 000 pour faire 15 minutes.

Journaliste

C’est très long et très précis.

Gerlando Infusoréalisateur du court-métrage La Bague au doigt

C’est très long, très précis et ça prend, ouais, énormément de temps.

Voix off

Et en effet, les photos qu’il vient de prendre via son ordinateur ne serviront qu’à animer deux secondes du film. Tous les personnages sont faits de silicone et ont leur palette d’expressions. Quant aux décors, ils sont une réplique parfaite des façades de Bruxelles.  

Gerlando Infusoréalisateur du court-métrage La Bague au doigt

Ce qu’on a essayé de faire à travers ce film, c’est en même temps de rendre hommage à la ville de Bruxelles dans laquelle je suis né et j’ai toujours vécu. Et du coup de rendre hommage aussi à son architecture. Donc, ce qu’on a fait, du coup, c’est qu’on a photographié les façades les plus anciennes de la ville de Bruxelles et de l'Ilot Sacré et on les a ré-agencées de telle manière à présenter une version de Bruxelles dans les années 20 qui soit un peu plus magnifiée et fantasmée.

Voix off

Et le rendu est plus vrai que nature. Pour faire naître son projet, Gerlando a pu compter sur celle qui le soutient depuis le début, sa productrice, et a fait appel à des financements belges et hollandais.

Annabella Nezriproductrice chez Kwassa Films

Même si je savais que cela allait de nouveau être long, parce que court-métrage, on n’a pas les mêmes financements qu’en longs métrages. Je trouve que Gerlando a un univers tellement incroyable, tellement particulier que c’est... Voilà. Je me rappelle que la première fois que j’ai vu ses films de fin d’études, j’en ai vraiment eu la larme à l’œil, je peux le dire. Et donc voilà, c’est quelque chose qui s’explique pas. C’est… c’est… voilà, quand on a un coup de cœur, le feeling…

Voix off

Gerlando espère que le public belge aura lui aussi un coup de cœur pour son film. Il est présenté au Festival international du film francophone de Namur. Un premier festival pour l’auteur qui souhaite se tourner aussi vers un public international.

_________________

Vocabulaire à retrouver dans l’application 7 jours sur la planète appel, déclencher, échouer, façade, financement, hommage, mariage, métrage, opération, producteur, projet, scène, technique, univers.

[1] Adverbe inventé, tiré de l’adjectif « infime » qui signifie : légèrement.