Stop aux violences éducatives

Les punitions corporelles sur les enfants sont désormais interdites en France.
Reconstituer des phrases pour obtenir un résumé (A2), raconter un souvenir (B1), présenter une réflexion argumentée (B2).
Connectez-vous pour sélectionner une ressource.
Publié le 06/01/2017 - Modifié le 06/01/2017
7jours-170106-Fessee-video
© France 3
  • À propos
  • Liens
  • Transcription
  • Partager
Durée : 1:22
Disponible jusqu'au : 20/01/2017
♫ Vaisselle cassée, c'est la fessée. Vaisselle foutue, pan-pan cul-cul ♪ disait la chanson.
Aujourd'hui, ce n'est plus possible.
Chaîne d'origine : France 3
Voix off

La bonne vieille fessée. Un châtiment corporel qui pendant longtemps s’est perpétué de génération en génération. 

Un homme

J’ai pris des fessées moi. Je m’en porte pas plus mal.

Un enfant 

Des fois, ça fait du bien parce que, je vois, des fois, je me fais disputer pour des devoirs et puis je suis bien contente parce que, après, je ramène une bonne note. Alors je dis ça m’a servi à quelque chose quand même. 

Voix off

En France, 85 % des parents disent encore y avoir recours. Une violence éducative désormais interdite.

Une fillette dans le rôle d’une mère

Laisse-moi faire ! Tu vas voir ton père !

Un garçon dans le rôle d’un père

Tu vas écouter oui !

Voix off

Proscrits les châtiments corporels, gifles, fessées… mais aussi les violences verbales et psychologiques. Interdits dans le Code civil, mais aucune sanction pénale n’est prévue. L’objectif est avant tout symbolique.

Maud AlejandroObservatoire de la violence éducative ordinaire

La société véhiculait l’idée que pour être bien élevé, un enfant devait être tapé. Et c’est cette idée-là qu’on veut vraiment changer. Donc il n’est pas question d’envoyer un parent en prison, ou de lui donner une amende, mais simplement de lui faire prendre conscience que le moyen qu’il utilise pour arriver à un but est de la violence. 

Voix off

Épinglée par le Conseil de l’Europe, la France était jusqu’à aujourd’hui un mauvais élève, car en Europe trente États ont déjà dit stop aux punitions corporelles. Dans ces pays, les associations affirment que la délinquance, les suicides et la consommation d’alcool ont considérablement baissé.