Plantu dessine les femmes

Comme dit le poète : « La femme est l'avenir de l'homme. »
S’interroger sur le rôle du dessinateur de presse à travers le thème de la condition féminine dans le monde.
Connectez-vous pour sélectionner une ressource.
Publié le 26/04/2013 - Modifié le 10/08/2017
Terriennes-Plantu-heureuses-video
Terriennes-Plantu-assemblee-video
Terriennes-Plantu-BTS-video
Terriennes-Plantu-poete-video
  • VidéoAlors, heureuses ?
  • VidéoToi, plus tard à l'Assemblée nationale ?
  • VidéoJ'ai un BTS secrétariat de direction, un diplôme de sténographe, une licence en droit...
  • VidéoEt comme dit le poète : la femme est l'avenir de l'homme.
  • À propos
  • Liens
  • Transcription
  • Partager
Durée : 1:20
Durée : 1:20
Durée : 1:20
Durée : 1:20
Disponible jusqu'au : 26/04/2023
Disponible jusqu'au : 26/04/2023
Disponible jusqu'au : 26/04/2023
Disponible jusqu'au : 26/04/2023
Une sélection de dessins de Plantu sur la condition féminine, présentés par leur auteur, en partenariat avec l’association qu’il a fondée « Dessins pour la paix » (« Cartooning for peace »). Un regard masculin et incisif sur les femmes dans la société.
Le dessinateur, Plantu
Dans ce dessin-là, alors évidemment, je reprends la phrase « Alors, heureuses ? ». Et c’est vrai que c’est la phrase un peu cliché qu’on donne en général sur les rapports hommes-femmes. Et pis, finalement, « Alors, heureuses ? », quand on voit qu’il y a d’autres pays où la femme est mieux traitée à l’Assemblée nationale. Nous, à l’Assemblée nationale, y’a encore beaucoup à faire.
 
Y’a quelque chose de libidineux dans le sourire, c’est-à-dire qu’y a même les dents, vraiment, le mec un peu potache avec les grandes dents qui dépassent. D’ailleurs, j’pourrais même faire des dents encore plus…Voilà, là, c’est encore plus vulgaire….mais c’est la situation qui est vulgaire hein, c’est pas la caricature.
Le dessinateur, Plantu
« Toi, plus tard à l’Assemblée nationale ? », « File dans ta chambre ! ». Alors, évidemment, je joue sur la « chambre », parce que « File dans ta chambre » et pis, évidemment, la « chambre » à l’Assemblée nationale. Alors, évidemment que c’est une caricature : elle est muselée, bleu, blanc, rouge…on ne peut pas dire qu’en France, les filles soient vraiment muselées…mais, finalement, quand on voit le peu de filles qui sont présentes dans la vie politique et ben, je trouve…j’accepte l’idée d’une caricature qui exagère un peu trop les choses.
 
Les garçons, on leur file des Playstations pour bousiller des peuples entiers hein, et pis, les filles, bah, on leur donne une poupée, on leur donne un nounours ou je sais pas quoi et c’est vrai que si elles font trop de bruit, on sort le mot « hystérique », « Ah, elle est hystérique. », alors que le type qui fait du bruit, « Ah, bah, c’est un garçon et prg, prg, il fait du bruit, c’est un garçon. », alors que la fille, elle est « hystérique ».
Le dessinateur, Plantu
La fille, elle dit : « J’ai un BTS secrétariat, un diplôme de sténotypiste, une licence en droit, un DEUG d’allemand, une maîtrise d’anglais, et un doctorat de japonais… », « Parfait, allez me préparer un café ». Alors, là, c’est un dessin que j’ai fait, pff, j’l’ai fait y’a trente ans…et c’est presque triste à dire parce que, j’m’dit : « putain, à quoi ça sert de faire des dessins pour essayer de changer les choses ? Parce que la manière dont on traite les femmes aujourd’hui, ça a pas beaucoup changé ».
 
Et pis, déjà, vous voyez, par exemple, quand je dessine une femme, j’suis obligé d’utiliser un trait assez, assez simple, comme ça, pour faire la femme. Et j’dirais même que pour dessiner le type, comme la situation est vulgaire, euh, faudrait presque dessiner avec un gros feutre qui tâche, vous voyez ? Ce serait à refaire, je l’ferais plus crachant tellement j’suis énervé de voir à quel point quand même on avance timidement hein…, vraiment.
Le dessinateur, Plantu
Alors, dans ce dessin-là, c’est, euh, une sorte de conseil d’administration où celui qui prend la parole dit : « Et comme dit le poète : la femme est l’avenir de l’homme ». Et pis, évidemment, y’a la p’tite Brigitte à côté : « Notez, Brigitte ! ».
 
À quoi ça sert un poète ? Aragon. À quoi y sert le poète ? À quoi y sert le dessinateur ? À quoi ça sert, là, que les femmes, elles râlent ? Parce que finalement, les hommes, ils s’en sortent toujours très bien. Et pis, c’est vrai qu’c’est…c’est un dessin que j’ai fait y’a longtemps, j’l’ai fait, pff, y’a quinze ans…et pis, finalement, j’ai mis un p’tit gilet à l’ancienne, ça pourrait être en 1905, mais ça peut malheureusement coller dans les années 2000, ça peut coller le 8 mars 2010, et je crains que je n’sois obligé de refaire le même dessin en 2015…m’enfin, bon, on se retrouvera à ce moment-là, surtout, j’espère que les femmes nous retrouveront à ce moment-là.