Lucky Luke, cow-boy septuagénaire

Pour ses 70 ans, Lucky Luke est au centre d’une exposition.
Présenter un personnage de bande-dessinée (A2), parler de vos goûts et habitudes de lecteur/lectrice de BD (B1), donner son avis, argumenter (B2).
Connectez-vous pour sélectionner une ressource.
Publié le 07/07/2017 - Modifié le 07/07/2017
7jours-160205-LuckyLuke-video
© AFPTV
  • À propos
  • Liens
  • Transcription
  • Partager
Durée : 2:12
Disponible jusqu'au : 21/07/2017
À l'occasion des 70 ans de Lucky Luke, le musée de la BD d'Angoulême consacre une exposition à l'œuvre du dessinateur Morris.
Chaîne d'origine : AFPTV

Voix off

Dès le parvis, le ton est donné : le plus célèbre des cow-boys, qui fête ses 70 ans cette année, est la star du musée de la BD[1] d’Angoulême.

C’est une première : une exposition sur l’œuvre du dessinateur belge Morris, le papa de Lucky Luke, qui fut longtemps sous-estimé.

Jean-Pierre Mercier, co-commissaire de l’exposition « L’Art de Morris »

On a pu trouver l’intégralité ou la quasi-totalité de tout ce que Morris a dessiné parce qu’il avait tout conservé, et on a fait notre choix. Alors c’était un moment formidable et en même temps un moment de frustration parce qu’il y avait des centaines et des centaines de pages… On en a gardé 150.

Voix off

Conservées par sa famille dans un coffre-fort, les planches prennent ici vie pour expliquer la genèse du personnage. On retrouve sur les premières pages dessinées en 1946, un Lucky Luke aux traits ronds, déjà accompagné de son célèbre cheval Jolly Jumper, mais sans le chien Rantanplan. Ce n’est qu’avec la collaboration avec René Goscinny, à partir de 1955, que les scénarios et le nombre de personnages vont s’étoffer. En tout, Morris aura dessiné plus de 70 albums de Lucky Luke, avant sa mort, en 2001. Une œuvre pléthorique qui aura influencé jusqu’au cinéma.

Jean-Pierre Mercier, co-commissaire de l’exposition « L’Art de Morris »

Moi, je ne peux pas m’empêcher de penser que Sergio Leone[2] connaissait bien Lucky Luke, je pense que c’est vrai. Les gros plans avec le flingue, en premier, comme ça, qu’on voit en énorme, et puis la silhouette de la cible dans le fond sur son cheval, ça c’est le plan classique de Lucky Luke et dans les films de Sergio Leone, il le fait tout le temps. Jouer sur la profondeur de champ et jouer aussi sur une forme de second degré, d’humour. Il y a toujours des à-côtés un peu grotesques, et je pense que c’est l’influence de Lucky Luke, très clairement.

Voix off

Depuis 2004, Lucky Luke a repris vie sous la plume du dessinateur Achdé, avec divers scénaristes. Pour les 70 ans du personnage, un album doit sortir à l’automne, c’est le dessinateur français Jul qui a été choisi pour écrire le nouveau scénario.

Jul, scénariste du prochain album de Lucky Luke

C’est un honneur, c’est une responsabilité, mais avant tout c’est un immense plaisir. C’est-à-dire que moi, quand j’ai travaillé sur le scénario de ce premier album, avant de le montrer à Achdé, j’avais eu une jubilation particulière avec presque, je dirais, un sentiment de grande familiarité, comme si ça avait toujours été là, donc, pour le coup, c’est une joie immense.

Voix off

Depuis sa création, plus de trois cents millions d’albums de Lucky Luke ont été vendus dans le monde, traduits en près de 30 langues. Après Angoulême, « L’homme qui tire plus vite que son ombre » partira en tournée dans plusieurs villes de France.

[1] BD signifie «  bande dessinée », ce sont des initiales.

[2] Sergio Leone est un réalisateur italien très connu pour ses westerns.