Les chapeaux de la Maison Michel

Publié le 01/02/2018 - Modifié le 22/06/2018
VAD-VF-ChapeauxMaisonMichel-video
© Miss luna film - Le passage prod
  • À propos
  • Liens
  • Transcription
  • Partager
Durée : 4:31
Disponible jusqu'au : 30/06/2020
Ils habillent nos têtes : chapeau les artistes ! Entrez dans l'univers de la mode et découvrez le métier de modiste avec les ateliers Michel, créateurs de chapeaux en tous genres.

Idées d'activités : 
- découvrir les étapes de fabrication d'un chapeau
- nommer différentes formes et matières
Chaîne d'origine : TV5MONDE
Voix off

Les têtes des parisiennes ne veulent que lui : le chapeau Maison Michel, siglé d'un sobre « M », en fait rêver plus d'une. Ce fameux accessoire devenu l'indispensable du dressing chic pour toute fashionista qui se respecte. Mais Maison Michel, c'est d'abord une maison historique. Fondée en 1936 par Auguste Michel, c'est LA chapellerie parisienne par excellence. Ses capelines, ses canotiers, ses panamas ont séduit les plus grandes stars et les couturiers. Le chapeau Michel est un incontournable. Toutes les formes du répertoire classique sont revisitées et deviennent intemporelles. La maison nous ouvre les portes de son atelier à Pantin, véritable sanctuaire de la chapellerie française. Ici, modistes, chapeliers, couseuses, qui pour certains ont déjà plus de 25 ans de maison, nous offrent la chance de découvrir la fabrication du « Henrietta », chapeau en feutre, pièce iconique qui ne manque pas de caractère ni de raffinement.

Shariff Hisaund, chapelier

Il faut apprêter la matière parce qu'au départ le feutre est très souple. Nous, on dose notre apprêt par rapport aux épaisseurs de matière. C'est tout à fait végétal, y'a pas de soucis à utiliser. Une fois apprêté, on passe à la vapeur, pour le fait, sans la vapeur on peut pas faire grand-chose. Et après, on lui donne tout le mouvement. On travaille au toucher. On sait, on prend le feutre, au toucher de la matière et on voit quelle forme on va faire, si c'est une forme clochant, un canotier... on peut dire un savoir-faire de ce côté, ça peut être vraiment très très dur. Et après, on démoule, on fait un petit nettoyage, c'est ça le bichonnage.

Florence, modiste

La chapellerie est tout à côté, donc on travaille beaucoup avec eux aussi, parce que tout ce qui est feutre est fait directement à la chapellerie et revient chez nous après pour les finitions, les garnitures. Donc c'est important aussi qu'on puisse collaborer en fonction des modèles à réaliser. La première chose qu'on va faire nous, c'est mettre l'entrée de tête. Ensuite, on va le garnir et on va faire les différentes petites finitions, la pose du « M ».

Shariff Hisaund, chapelier

Le métier de chapelier, c'est un métier assez difficile, ça consiste à bloquer toutes les matières sur formes en bois.

Élodie Desfleurs, chapelière

Shariff m'a essentiellement montré les techniques de Maison Michel. Faut que le chapeau soit similaire en tout point, qu'on ait plus ou moins les mêmes techniques pour qu'il n'y ait pas de différences. La signature, c'est Maison Michel, faut pas que la main du chapelier se reconnaisse dans la façon de travailler.

Shariff Hisaund, chapelier

C'est très intéressant, c'est un travail dont par moment, on voit même pas passer la journée tellement c'est impressionnant et c'est intéressant.

Élodie Desfleurs, chapelière

C'est l'effort physique aussi qui me plaît, qui me booste, qui... je sais pas, c'est quelque chose qui me motive, c'est un élan en fait. Et d'avoir prouvé qu'une femme pourrait faire ce métier, c'est assez gratifiant.

Florence, modiste

L'avantage de la Maison Michel, c'est que justement on peut se permettre de travailler énormément de matières.

Shariff Hisaund, chapelier

On achète vraiment les qualités hautes gammes de nos matières, c'est pour ça aussi qu'on est en tête dans les ventes de chapeaux.

Florence, modiste

On peut réaliser tous les chapeaux, toutes les formes et dans toutes les matières qu'on veut.

Shariff Hisaund, chapelier

Les formes, on en a beaucoup à la Maison Michel, des milliers, on peut même dire environ 3000 ou 4000.

Élodie Desfleurs, chapelière

Y'a un patrimoine incroyable ! Y'a un nombre de formes inimaginable ! Et des bois qui sont pas fortement récents, qui datent des années 30 ou 40 et qui au final sont d'un moderniste incroyable, c'est euh... Ça j'avoue, moi, à chaque fois que je descends au stock bois, je suis là : "ouah c'est trop beau quoi !". C'est des petites étincelles, c'est... c'est toute l'archive de la maison, d'un savoir-faire, d'une histoire, voilà. C'est l'histoire du chapeau en fait se trouve au stock.

Voix off

Impossible de choisir parmi tant de modèles, on les veut tous, et on veut l'embrasser comme Charlotte Gainsbourg. Gros-grain, dentelle, feutre, castor, vison sont autant de petits twist que la maison sait conjuguer pour faire de ces chapeaux des pièces intemporelles hyper désirables.

Professions / Adultes / #Version française