Le glyphosate banni du Sri Lanka

Interdiction du glyphosate au Sri Lanka : un modèle à suivre ?
Créer une affiche ou une annonce radio (A2), imaginer des témoignages pour un documentaire (B1), rédiger une lettre ouverte (B2).
Connectez-vous pour sélectionner une ressource.
Publié le 01/12/2017 - Modifié le 01/12/2017
7jours-171201-Glyphosate-video
© France 2
  • À propos
  • Liens
  • Transcription
  • Partager
Durée : 3:43
Disponible jusqu'au : 15/12/2017
Il y a deux ans, le Sri Lanka devenait le premier pays au monde à interdire le glyphosate. Décision prise par l'ex-président pour qui l'herbicide de Monsanto est responsable d'un nombre croissant de maladies.
Chaîne d'origine : France 2
Voix off

Dans ces rizières du Sri Lanka, il a longtemps régné en maître. Au moment de semer, deux fois par an, ces fermiers pulvérisaient des litres de glyphosate. Mais ça, c’était avant. Depuis deux ans, le Sri Lanka a complètement interdit cet herbicide. Il reste encore de vieux bidons çà et là, mais les riziculteurs ont appris à faire sans.
 
Danapalage Gunathilaka, riziculteur
 
C’est du Roundup contre les mauvaises herbes. C’est un désherbant extrêmement puissant. Nous l’avons utilisé pendant plus de 5 ans. Dans ma ferme, j’utilisais deux bidons de ce type par an. 
 
Le journaliste
 
Et maintenant ? 
 
Danapalage Gunathilakariziculteur
 
Non, je n’en utilise plus. Je n’aime pas ce produit. Je ne veux pas mourir. 
 
Voix off
 
Selon ces deux cousins, le glyphosate qu’ils répandaient sans la moindre protection les a rendus malades. Tout comme leurs familles, leurs voisins. Ils accusent le produit chimique d’avoir contaminé leur puits et l’eau qu’ils buvaient. 
 
Danapalage Gunathilakariziculteur
 
Imaginez, si ça tue autant les herbes, alors qu’est-ce qui va dans notre eau ? Personne ne nous avait dit que c’était un poison. La compagnie nous avait dit que c’était bon, que pour les fermiers, ce type de produit est bien. Alors on l’a acheté, parce qu’on n’y connaissait rien. 
 
Voix off
 
L’aîné des deux est aujourd’hui gravement atteint. Danapalage est touché d’une infection rénale chronique, comme 10 % des habitants de la région. Dans les hôpitaux de la région, le nombre de patients atteints de maladies rénales ne cesse d’augmenter. Tous les docteurs n’accusent pas le glyphosate, beaucoup parlent simplement de « maladies inexpliquées ». Mais il y a un scientifique qui en est sûr. Le docteur Channa est celui qui a fait pression pour que le désherbant soit interdit dans tout le pays.  
 
Docteur Channa Jayasumanachercheur en pharmacologie
 
Nous avons conduit des analyses chimiques des nappes phréatiques et du sol. Nous avons aussi analysé des échantillons d’urine de patients et nous avons trouvé des taux de glyphosate significatifs. 
 
Voix off
 
Ces études ont convaincu le gouvernement sri lankais. Il espère maintenant en persuader d’autres
Docteur Channa Jayasumanachercheur en pharmacologie
 
Je ne vois pas pourquoi on ne bannirait pas le glyphosate partout dans le monde. C’est un agent toxique pour les reins, mais c’est aussi un cancérigène. Il cause aussi des anomalies hormonales. Si un pays de ce qu’on appelle parfois le tiers monde, un pays asiatique, le Sri Lanka, a eu le courage d’interdire le glyphosate, alors pourquoi pas la France ? Pourquoi pas l’Allemagne ? Pourquoi pas l’Europe ?
 
Voix off
 
Mais tout le monde n’est pas ravi de cette interdiction. Dans le centre du pays, voici les immenses champs de thé de Ceylan, réputés dans le monde entier. Ici, les rendements sont en nette baisse. Depuis qu’ils n’utilisent plus le glyphosate, les mauvaises herbes grignotent le terrain hectare après hectare et étouffent les théiers. 
 
Théier
 
Nous sommes obligés de désherber à la main, car il n’y a plus aucun moyen de contrôler les mauvaises herbes. On ne peut plus répandre de produits chimiques. 
 
Voix off
 
Le domaine est immense. À sa tête et à la tête des 9 000 employés, Feroze Majeed. En deux ans, d’après ses calculs, la production a chuté : moins 20 %. 
 
Feroze Majeedmanager
Depuis trente ans, ces plants de thé sont habitués aux produits chimiques et fertilisants. C’est très difficile de tout arrêter d’un coup. Nous perdons à peu près 800 000 dollars par an, sur cette seule propriété. Donc vous pouvez imaginer l’énorme perte pour toute l’industrie du thé dans ce pays. 
 
Voix off
Le patron s’en sort grâce à une main-d’œuvre bon marché qui peut assurer un travail manuel. Mais déjà, pour faire face aux pertes, il vend son thé en France, en Angleterre, au Japon quelques centimes plus cher par kilo. 

___________
Vocabulaire à retrouver dans l’application 7 jours sur la planète : accuser, bannir, chercheur, chimique, compagnie, contaminer, infection, interdire, interdit, malade, mourir, patient, produit, pulvériser, régner, rendement, rizière, taux, toxique.