La fourmi et le roi Salomon

Un roi aux pouvoirs magiques qui parle aux animaux, une fourmi qui déplace une montagne pour retrouver sa bien-aimée. De quoi discutent-ils tous les deux ?
Découvrir un élément récurrent dans les contes : la magie.
Connectez-vous pour sélectionner une ressource.
Publié le 15/05/2017 - Modifié le 13/06/2017
ConteMoi-FourmiRoiSalomon-Video
© Tralalere
  • À propos
  • Liens
  • Transcription
  • Partager
Durée : 4:30
Disponible jusqu'au : 14/05/2019
Au cours d'un voyage dans le désert, le roi Salomon s'arrête auprès d'une fourmilière. Toutes les fourmis viennent le saluer. Mais à l'écart, une fourmi solitaire est occupée à déplacer une dune de sable pour retrouver sa bien-aimée. Un dialogue passionnant sur l'amour s'installe entre la petite bestiole et le grand roi...
Production : Tralalere
La fourmi et le roi Salomon
D’après la tradition orale de Mauritanie
 
 
 
 
Ce jour-là, une jeune fourmi avait osé, elle avait osé rester là, dans son trou, en train de travailler, pendant que toutes les autres fourmis se bousculaient pour se prosterner sous les pieds de Salomon.
 
Salomon qui se promenait dans le désert, à côté de leur fourmilière. Salomon était un roi doublé d'un prophète. Il avait des dons impressionnants dont celui de dompter les animaux, de comprendre leur langage et de leur parler.
 
Malgré les ruades et bousculades de la foule, Salomon a remarqué l'absence de la jeune fourmi. Il leva la tête, la découvrit dans son trou et lui dit :
 
- Que fais-tu là, bête menue, et pourquoi ne fais-tu pas comme tes congénères ?
 
- Sire, répondit-elle, ce n'est ni par impolitesse, ni par désobéissance que je ne suis pas venue comme les autres, mais tout simplement, je m’occupe à quelque chose qui me tient particulièrement à cœur : je veux déplacer cette dune de sable que vous voyez là !
 
- Ha ha ha ! Mon pauvre ami, rétorqua le roi Salomon, je doute que tu aies la vertu nécessaire, c'est-à-dire la patience et surtout la chance suffisante, c'est-à-dire la longévité, pour accomplir ce travail immense.
 
- Moi non plus je n'en sais rien, confessa la fourmi, mais ce que je sais c'est que la force qui me pousse est plus puissante que la tempête du désert, je veux parler de la force de l'amour, car de l'autre côté de la dune de sable se trouve ma bien-aimée. Si je mourais avant de l'atteindre, je finirais ma vie dans la folie de cette chose qui meurt en dernier dans le cœur des êtres, c'est-à-dire l'espérance.
 
Cet échange a fortement ébranlé le grand roi et prophète Salomon, qui, dans le désert au milieu de nulle part, a compris le vrai sens de l'amour.
 
Ce conte est fini, le premier qui respire ira au Paradis.