James Noël, poète

Tuer tant pour tuer le temps...
Repérer des jeux de mots, des rimes et écrire un poème.
Publié le 14/09/2011 - Modifié le 05/03/2014
Haiti-Noel-video
  • VidéoCinq questions
  • AudioBon Nouvèl
  • AudioJeu de mo(r)t
  • À propos
  • Liens
  • Transcription
  • Intégrer
Durée de la vidéo : 32'15
Durée : 2'22
Durée : 1'04
Disponible jusqu'au : 01/10/2023
Disponible jusqu'au : 01/10/2023
Disponible jusqu'au : 01/10/2023
Dix voix, dix plumes, pour célébrer Haïti.
Pour James Noël, le poète est locataire d'éternité.

Bon Nouvèl (En créole par James Noël)
© 2005 Wooly Saint Louis Jean

depi mwen gade pye-w
mwen vle genyen lari
jwe pòtre tout vivi
yon lanmou pye atè
 
pye-w se bon nouvèl
ki fèt pou sa mache
pye-w se de mèvèy
ki fèt pou lòm sezi
 
cheri piga ou wont
si se la m-al remen-w
lanmou se chòvsouri
li jouke tèt anba
 
pye-w se bon nouvèl
ki fèt pou sa mache
cheri kite-m renmen-w
kote lòt neglije-w
 
mwen ka ba ou de men-m
de ba savon lave
kite-m savonnen pye-w
jouk lannwit kimen jou


La bonne nouvelle (traduction en français par Georges Castera)
En regardant tes pieds marcher
j'ai une envie folle de gagner la rue
jouer à ceux qui aiment rire
un amour aux pieds nus
 
tes pieds sont la bonne nouvelle
qui doit aller d'un pas sûr
tes pieds sont deux merveilles
ils sont là pour étonner les hommes
 
chérie n'aie pas honte
si mon amour s'amourache de tes pieds
l'amour est une chauve-souris
elle s'endort à la renverse
 
tes pieds sont la bonne nouvelle
qui doit parcourir le monde
souffre que je t'aime ma belle
là où les autres n'y trouveraient que mal-être
(là où les autres te négligent)
je peux t'offrir mes deux mains
deux pains de savon de lessive
laisse-moi te savonner les pieds
jusqu'à ce que la nuit fasse mousser le jour
« Jeu de mo(r)t »
Poème dit par Monique Mesplé Lassalle.
À la mémoire du journaliste Jean Léopold Dominique, assassiné le 3 avril 2000
 
Comment tuer le temps
hormis d'un coup mortel
comment le tuer tant
à coup de crosse
et à coup sûr
 
est-ce parce que le monde
est petit
que le fustigent orages
et le font tomber pierres tombales
 
ô ma terre
myope
babel à bout de langue
barbouillé de sang pour du roucou
« le crime était à son troisième avril » (1)
 
Comment tuer le temps
mis hors
du jeu de mots
 
 
(1) Bertolt Brecht