Femmes africaines et luttes plurielles

« Mademoiselles frigidaires » et motardes, un autre regard sur les femmes africaines.
S'interroger sur le féminisme en Afrique et comprendre son évolution.
Connectez-vous pour sélectionner une ressource.
Publié le 22/02/2013 - Modifié le 21/03/2017
© INA
  • À propos
  • Liens
  • Transcription
  • Partager
Durée : 3:57
Disponible jusqu'au : 22/02/2023
La condition féminine en Afrique à travers un reportage sur une "croisière féministe à moto" au Burkina Faso et un article sur des femmes africaines, qui décrochaient un diplôme pour exercer les métiers d'institutrices, de sages-femmes ou d'infirmières.
Présentateur du JT
Ce soir à 22h10 dans le magazine « résistances », je vous invite à regarder une enquête de Dominique Torrès sur les femmes et l’Islam. Auparavant, un exemple : une situation originale au Burkina Faso, anciennement Haute-Volta, le gouvernement du capitaine Sankara veut émanciper la femme africaine, cela se fait à coup d’opérations publicitaires, mais aussi de mesures pour changer les mentalités.
Voix off
Une semaine de cross pour ce commando de choc et de charme, une soixantaine de femmes de la capitale Ouagadougou, en mobylettes et grosses cylindrées1, avec un seul but : permettre enfin l’essor2 de la femme africaine.
Première femme interviewée
On n’avait jamais vu, au Burkina Faso, des femmes faire une croisière de 2000 km à peu près.
Deuxième femme interviewée
Ce que les hommes peuvent faire, les femmes aussi peuvent le faire. C’est pour cela que nous avons organisé la croisière des femmes. Nous allons tenter de voir si nous pouvons suivre le même rythme que les hommes.
Voix off
Oui, le féminisme africain prend aujourd’hui les virages à toute vitesse. Pas simple, la tâche de ces dames bottées et casquées sous le soleil de plomb. D’abord braver les regards moqueurs, puis inciter, partout sur leur passage, les paysannes à revendiquer le partage des responsabilités. Il s’agit d’abord de s’imposer, puis de changer progressivement les mentalités. À chaque étape on s’arrête : palabres3 et discussions, et on fait la fête.
Femme
L’impérialisme… Les maris qui battent les femmes… Les maris qui torturent les femmes… (…)
Voix off
Depuis deux ans qu’il est au pouvoir, le fougueux capitaine Sankara n’a cessé d’exhorter les femmes à lutter pour l’égalité.
Le président Sankara
Ce qui veut dire que nous devons donner à chaque femme un emploi. Nous devons donner à chaque femme le moyen de gagner honnêtement et dignement sa vie. 
Voix off
Quatorze heures de travail quotidien, une espérance de vie de 32 ans : la femme africaine fournit près de 80 % du travail agricole ainsi que la moitié des prestations nécessaires à l’alimentation. Ces femmes s’occupent tout à la fois des enfants, du ménage, du ramassage de bois, de l’eau à chercher à des kilomètres de distance, de la nourriture de la famille, du champ du mari et de leur champ personnel. Nous sommes bien loin de l’image d’Épinal* de la joie de vivre dans la brousse. Sans l’éducation des femmes, point de salut4. C’est en tout cas la conviction du gouvernement Sankara, qui multiplie les initiatives destinées à changer les mentalités sur des questions aussi variées que le salaire des femmes, et l’excision.
Joséphine Ouedraogo, ministre de l’essor familial et de la solidarité nationale
Avant d’appliquer, d’utiliser une méthode de coercition5, il faut sensibiliser, et c’est ce que nous sommes en train de faire. Et à partir d’un certain moment, plus personne ne s’étonnera qu’on attrape une exciseuse, qu’on lui fasse payer une amende ou qu’on l’enferme s’il le faut trois mois. Et c’est là où il y aura maintenant le recul, peut-être, de la pratique de l’excision6.
Voix off
Peu d’argent au Burkina Faso, mais des idées. Après « la semaine de la femme », « la journée du marché obligatoire pour l’homme », et la charte de la famille, la télévision locale lance « la colombe de la révolution ». Pourvu que le gouvernement ne les « laisse pas tomber* ».
 
Vocabulaire :
1 Des grosses cylindrées : s’emploie pour parler de grosses motos.
2 L’essor : le développement.
3 Des palabres : En Afrique, la palabre est une coutume de rencontre et de création ou de maintien de lien social.
4 Le salut : Fait d'être sauvé ou de se sauver d'un danger, délivrance, libération.
5 La coercition : l’action de contraindre, exercée sur quelqu'un, pour le forcer à agir ou à s'en abstenir.
6 L’excision : l'ablation d'une partie de tissu biologique. Le terme excision est communément utilisé pour désigner une mutilation génitale féminine.
 
Notes culturelles
* Une image d’Épinal est une estampe au sujet populaire et de couleurs vives, cette expression désigne généralement une image très répandue, simpliste.
* Cette expression évoque les paroles de la chanson entendue en fond dans le reportage : « Femme libérée », chantée par Cookie Dingler : « Ne la laisse pas tomber, elle est si fragile, être une femme libérée, tu sais c’est pas si facile ».