Écovolontariat en Afrique du Sud

Et si vous partiez dans un pays étranger pour découvrir un autre paysage et participer à un projet solidaire ?
Imaginer la petite annonce d’un projet d’écovolontariat.
Connectez-vous pour sélectionner une ressource.
Publié le 16/05/2017 - Modifié le 17/07/2017
Adomania3-3-EcovolontariatAfriqueDuSud-video
© Projects Abroad
  • À propos
  • Transcription
  • Partager
Durée : 1:56
Disponible jusqu'au : 16/05/2022
Ces ados ont choisi des vacances engagées, ils explorent l'Afrique du Sud et contribuent à la protection de son environnement.
Chaîne d'origine : Projects Abroad
Raphaël Sawadogo (France)

Je m’appelle Raphaël. Je suis français. J’ai 19 ans. Donc, je suis arrivé il y a une semaine, un peu, une semaine et demie. Et tous les jours, on a une activité le matin, et l’après-midi, différente, s’harmonise, je dirais. Le matin, des fois on fait souvent de l’observation d’oiseaux, et l’après-midi, on fait des activités un peu plus difficiles, ça dépend.

Léa Bègue (France)

Je m’appelle Léa Bègue. Je viens de la Réunion, donc c’est un département français. Ce qui m’a le plus intéressée, c’est de découvrir tous les animaux qui n’existent pas là où on vit d’habitude : les éléphants, les zèbres, les girafes.

Raphaël Sawadogo (France)

J’ai énormément aimé le sleep out. C’est… on va dehors, un point d’observation la nuit et on se relaie toute la nuit pour observer les animaux. J’ai vu des hyènes, des zèbres, des éléphants… c’était vraiment super.

Léa Bègue (France)

Si j’ai un conseil à vous donner… Venez l’esprit ouvert parce que vous ne savez jamais ce qui peut vous attendre ici. Moi, en venant, je ne pensais pas du tout me retrouver dans un camp comme ça.

Raphaël Sawadogo (France)

Aussi quelque chose de vraiment super ici, c’est qu’on est avec des gens du monde entier vraiment. Et même si on parle un tout petit peu anglais, on se débrouille, on essaie de communiquer, on apprend différentes cultures, on connaît des gens qui viennent de différents pays. En plus de la culture africaine qui est déjà très très riche, je pense que c’est vraiment un enrichissement culturel de venir ici, d’être avec d’autres volontaires de différents pays.