Chine : vivre avec la pollution

Découvrez comment vivent les habitants dans l'une des villes les plus polluées au monde : Pékin.
Créer une affiche et présenter son projet (A2), présenter des mesures concrètes (B1), rédiger une pétition et proposer des solutions (B2).
Connectez-vous pour sélectionner une ressource.
Publié le 06/10/2017 - Modifié le 06/10/2017
7jours-171006-PollutionChine-video
© RTS
  • À propos
  • Liens
  • Transcription
  • Partager
Durée : 3:36
Disponible jusqu'au : 20/10/2017
De plus en plus de Pékinois quittent le centre-ville pour s'intaller en banlieue et permettre à leurs enfants de respirer un air moins toxique.
Chaîne d'origine : RTS
Voix off

C’est l’une des plus grandes villes au monde, des plus polluées aussi. Pékin affiche aujourd’hui un taux de particules fines de 206 microgrammes par mètre cube (µg/m3)[1], neuf fois plus que les recommandations de l’OMS[2]. Vu du ciel, cela ressemble à ça. Pékin se cache ici. Premières victimes de cet air toxique : les enfants. Pour eux, il devient impossible ou presque de jouer dehors. Certains Pékinois n’hésitent pas à s’éloigner des centres urbains. Charlène a trois enfants – rare dans ce pays. Elle fait partie de cette classe aisée née avec le boom économique des années 1980. Elle vient de déménager dans un quartier tranquille. Élever ses enfants en ville ne lui convenait plus.

Charlène, mère de famille

Il y a du monde, il y a du bruit, ils ont relativement peu d’espace pour jouer. Il y a tellement de voitures, vous ne pouvez pas jouer librement dehors. Ce n’est pas sain. Et deuxièmement, c’est pollué.

Voix off

Ses enfants ont bien compris les raisons du déménagement familial et l’aîné l’a raconté avec un dessin.

Charlène, mère de famille

Ça montre les particules fines. C’est la mort qui tue les gens, qui tue tout. Tout est mort.

Voix off

Et pour ceux qui n’ont pas la chance de vivre en campagne, reste l’option surprenante du centre commercial. Un paradis pour les enfants : bac à sable, cours de cuisine, cours de danse, sous une lumière artificielle. Ici les enfants sont protégés de la pollution grâce à un système de filtre à air.

Maggie Mao, directrice école de danse

Ici, on donne des cours de danse aux enfants, des cours d’une heure et demie. Alors c’est important qu’on leur donne un air de bonne qualité. Mais, de toute façon, vous savez, quand ils ressortent cela reste le même air toxique.

Voix off

Cet air-là, certains le supportent avec fatalisme, mais d’autres le subissent de plein fouet. Dernier jour d’école avant les vacances pour le petit Éric, 5 ans. D’une constitution fragile, il supporte très mal la pollution urbaine. Sa mère exprime toute son inquiétude.

Viviane, maman d’Éric

Je m’inquiète, je m’inquiète beaucoup parce qu’avant il ne tombait pas aussi fréquemment malade. Il est quasiment malade tous les mois et ses médicaments, il les prend depuis un an et demi, sans arrêt déjà.

Voix off

Mais Éric garde espoir. Il a plein de projets en tête.

Éric

Je vais inventer une super fusée antirayons et qui ira jusque dans le soleil !

Voix off

Chaoyang District, sud de Pékin. Un petit jardin est né au pied d’un immeuble, parenthèse verte pour les habitants de ce quartier populaire. À l’origine de cette initiative, Friends of Nature, la plus ancienne ONG[3] en Chine. Objectif : éveiller les consciences face à l’urgence du problème écologique.

Gao Jian, membre fondateur « Friends of Nature »

Je trouve que les enfants manquent d’opportunités pour aller dans la nature. Ils ont oublié que la nourriture ne sort pas du supermarché, mais de la terre. Ça guérit des démangeaisons. Les enfants du quartier adorent venir ici. Ils aiment faire des dessins en lien avec la nature. Ils ont décoré le puits de récupération d’eau.

Voix off

Sensibiliser les jeunes, sans faire trop de vagues, Friends of Nature étant étroitement surveillé par le Parti[4]. Or, pour répondre au ras le bol de la population, c’est bien une révolution verte qu’il faut imaginer.

_________________

Vocabulaire à retrouver dans l’application 7 jours sur la planète : classe, conscience, habitant, immeuble, médicament, parti, particule, pollution, populaire, population, puits, quartier, recommandation, révolution, subir, taux toxique, urbain, urgence, victime.
 

[1] On parle aussi communément à l’oral de PM2,5 d’après particulate matter en anglais, pour des particules au diamètre inférieur à 2 micromètres (les particules les plus dangereuses), ou de PM10, pour les particules aux diamètres entre 2,5 et 10 micromètres.

[2] OMS : Organisation mondiale de la santé.

[3] ONG : organisation non gouvernementale.

[4] Le Parti : référence au Parti communiste chinois qui dirige le pays.