Chef Ludivic Turac, Une table au Sud - Marseille

Publié le 09/10/2015 - Modifié le 21/11/2016
VAD-GoodFrance-LudovicTurac-Video
© La compagnie du Belvédère
  • À propos
  • Liens
  • Transcription
  • Partager
Durée : 1:28
Disponible jusqu'au : 27/02/2020
À l'occasion de la manifestation « Goût de France / Good France* », découvrez les portraits de grands chefs de la gastronomie française. Un véritable voyage culinaire «  à la française » pour mieux faire connaître la cuisine hexagonale et les valeurs qu’elle véhicule : partage, plaisir, respect du « bien-manger » de ses contemporains et de la planète. 

Ludivic Turac, chef d'Une table au Sud à Marseille, nous explique pourquoi il aime tant son métier. 




*« Goût de France / Good France* est un projet initié par le ministre des Affaires étrangères et du Développement international français, Laurent Fabius, et par le chef étoilé Alain Ducasse - 19 mars 2015.
Production : La Compagnie du Belvédère
Chef Ludivic Turac, « Une table au Sud », Marseille
La cuisine du Sud, pour moi, c’est une cuisine qui est chaleureuse, à l’image de la ville et de ses habitants.  
 
Voix off 
Une table au Sud, c’est juste là !
 
Chef Ludivic Turac, « Une table au Sud », Marseille
C’est pas une cuisine qui est triste. On n’est pas à la montagne, on n’est pas à la neige. Il pleut pas à Marseille. Vous voyez ce que je veux dire. On a besoin de retrouver de la chaleur, de la sincérité, de l’amour, du partage.
Moi, ce qui me plaît dans la cuisine française et dans ce que je fais tous les jours, c’est les produits de saison. On est au mois de mars, il y a beaucoup de rougets, y’a les premières asperges. Je vais faire les asperges. C’est hors de question que je fasse des produits qui soient pas de saison, ça n’a aucun sens. J’ai la chance de travailler avec des pêcheurs, j’ai la chance de pouvoir favoriser les produits locaux. Mon restaurant s’appelle Une table au Sud. Il me semble que je serais idiot de faire des cuisses de grenouilles, ou du calamar de Patagonie. 
Ce qui fait le présent du cuisinier, pour moi c’est son passé. La bouillabaisse pour moi c’est un plat de sentiment parce que d’abord je suis Marseillais, je suis né ici et j’ai commencé à faire la cuisine dans un grand hôtel. Et on m’a dit « Petit, tu vas commencer par faire de la bouillabaisse. Et c’était mon premier plat et donc c’est un grand moment d’émotion pour moi.
En tant que cuisinier, je me dois de représenter le patrimoine de ma région et de ma ville. Quand je suis dans mon restaurant, je suis dans mon élément.   
 

Cuisine / Adultes / Goût de France / Good France