Chef Guy Savoy, restaurant Guy Savoy - Paris

Publié le 09/10/2015 - Modifié le 12/04/2018
VAD-GoodFrance-GuySavoy-Video
© La compagnie du Belvédère
  • À propos
  • Liens
  • Transcription
  • Partager
Durée : 1:28
Disponible jusqu'au : 27/02/2020
À l'occasion de la manifestation « Goût de France / Good France* », découvrez les portraits de grands chefs de la gastronomie française. Un véritable voyage culinaire «  à la française » pour mieux faire connaître la cuisine hexagonale et les valeurs qu’elle véhicule : partage, plaisir, respect du « bien-manger » de ses contemporains et de la planète. 

Guy Savoy, chef du restaurant « Guy Savoy » à Paris, nous explique pourquoi il aime tant son métier. 

Idées d'activités :
- répérer les mots du langage familier
- élargir son vocablaire de la cuisine


*« Goût de France / Good France* est un projet initié par le ministre des Affaires étrangères et du Développement international français, Laurent Fabius, et par le chef étoilé Alain Ducasse - 19 mars 2015.
Production : La Compagnie du Belvédère
Chef Guy Savoy, restaurant « Guy Savoy » - Paris 
 
C’est quoi mon… mon… mon… Allez, je vais dire le mot : mon « kif » dans ce métier ? C’est d’avoir des produits qui arrivent, qui arrivent chaque matin. Ces produits ont une histoire. 
 
La carotte qui est arrivée le matin. Il a fallu qu’un jardinier prépare la terre, sème. Lorsqu’elle arrive chez nous, je veux dire, c’est… allez, c’est fastoche ! C’est fastoche pourquoi ? Parce que ces carottes on va les faire passer de l’état de comestibilité à l’état de plaisir. Moi c’est ce concret qui m’anime au quotidien. Qui m’anime… non seulement qui m’anime, mais qui m’émerveille. 
 
Simplement son autre action. Le fait de couper, assaisonner, cuire. Parfois simplement quelques secondes pour un filet de rouget. Quelques secondes suffisent.
 
Et juste de l’autre côté de la cloison, dans un monde tout aussi concret, vous avez un convive qui va le déguster. Acte fort, vous vous rendez compte ! Vous prenez ce filet de rouget et vous l’avalez. Il faut une grosse grosse grosse grosse dose de confiance. Dans un monde que je perçois comme de plus en plus virtuel, cet extrait de concret qu’on a en permanence nous rassure, et m’émerveille.
 
Le travail doit faire oublier le travail.

Cuisine / Adultes / Goût de France / Good France