Bientôt tous athlètes de rue ?

Quand la rue devient une salle de sport ouverte en toute saison.
Décrire une activité sportive (A2), imaginer un sport pouvant se pratiquer dans la rue et convaincre de le pratiquer (B1), convaincre des avantages du Street Workout (B2).
Connectez-vous pour sélectionner une ressource.
Publié le 03/08/2018 - Modifié le 03/08/2018
7jours-180504-StreetWorkout-Video
© France 2
  • À propos
  • Liens
  • Transcription
  • Partager
Durée : 2:42
Disponible jusqu'au : 17/08/2018
En utilisant le poids de leur corps et quelques infrastructures mises à leur disposition, des sportifs s'entraînent dans la rue.
Chaîne d'origine : France 2
Voix off

Leur salle de sport, ils l’aiment en plein air, et ce, en toute saison.

Journaliste :

Alors, ça vous prend combien de temps ?

Aboubakar Niakateentraîneur de « Street Workout » 

Deux heures, deux heures et demie par jour.

Voix off

Aboubakar Niakate, Angelo Bezara pratiquent ensemble et depuis des années le « Street Workout », comprenez de la musculation de rue.

Angelo Bezarapassionné de « Street Workout »

Si je fais pas ces sports là et ben, j’arrive pas à dormir le soir et je suis obligé de me réveiller et faire des pompes et des tractions et des abdos sinon je ne dors pas.

Aboubakar Niakateentraîneur de « Street Workout » 

Moi aussi, ça m’est déjà arrivé.

Voix off

Comme eux, ils sont nombreux, jusqu’à 70, à se retrouver tous les dimanches sur les berges du Rhône. Ici, pour les exercices on utilise le poids de son corps et le mobilier urbain.

Alex Guillienentraîneur de « Street Workout »

On peut travailler les jambes, on peut travailler les bras, on peut tout travailler. C’est vraiment un sport complet : cardio, physique, amusant. C’est génial quoi !

Aboubakar Niakateentraîneur de « Street Workout » 

J’avais pas trop de sous. J’étais au chômage, du coup je me suis dit : « voilà, je peux plus continuer la salle ». Et là, c’est devenu mon sport favori et je peux plus m’en passer.

Voix off

Du sport 100 % gratuit, encadré par des entraîneurs bénévoles. Et tout le monde est le bienvenu : jeunes, moins jeunes, que l’on soit manutentionnaire comme Aboubakar Niakate, cadre dirigeant ou encore photographe.

Jean-Christophe Chouilletphotographe et adepte du « Street Workout »

Tous les dimanches, je faisais mon footing ici et je les voyais s’entraîner et je me suis dit : « peut-être que je pourrais le faire aussi ? ». Et j’ai commencé il y a trois mois et ça se passe très bien.

Encadrante de « Street Workout »

Mais n’aie pas peur, aie confiance en Armand, Armand, il gère. Les pieds serrés comme je t’avais dit hier.

Très bien, c’est nickel !

Océane Wetsteinpratiquante confirmée de « Street Workout »

Si on n’y arrive pas, ils sont toujours là à nous aider, dire quoi faire, tout ça. Et non, non, franchement ils sont super cool, c’est un bon esprit en fait !

Voix off

Se sculpter pour ensuite, chacun à son niveau, dessiner des figures. Le « Street Workout », un mélange de force, de souplesse, une forme d’art corporel qui détonne.

1er passant interviewé

Ils sont super doués les gamins là, c’est fort ce qu’ils font !

2e passant interviewé

Tous les dimanches matins, on vient faire notre petite balade là et moi, je suis toujours là à bloquer là-dessus.

Passante interviewée

Et on s’arrête toujours là, oui.

Journaliste

Pourquoi ?

Passante interviewée

Pour les regarder parce qu’ils sont impressionnants tout simplement.

Voix off

Et la pratique essaime[1] un peu partout en France : Nantes, Orléans, Nice ; favorisée par ces installations sécurisées financées par les villes. Pas de cotisation, pas d’abonnement, juste le goût de l’effort et le plaisir d’être ensemble.

_________________

Vocabulaire à retrouver dans l’application 7 jours sur la planète abonnement, adepte, chômage, cotisation, détonner, encadrer, financer, goût, manutention, plaisir, pratique, urbain.

[1]Se répandre